Slide-VA

il y a 4 semaines

Le surprenant « come back » des timbres locaux Asie, Japon, Outre-mer

Une

De nombreux pays – la Russie des tsars, la Norvège, l’Allemagne et quelques pays d’Amérique du Sud entre autres – utilisèrent jadis largement les émissions locales. Mais cette pratique semblait faire désormais partie d’un passé révolu. Or, depuis quelques années, le Japon, avec ses timbres de préfecture l’a remise en usage ; Avantages et inconvénients de cet étonnant retour en arrière.

 CarteGrandes villes du Japon : à chaque chiffre correspond une préfecture

 01

1 – Tokyo: Orchidées frangées

02

2 – Chiba: Vallée Yoro près de Kanto

033 – Kanagawa : cascade Shasui-no-taki

04 4 – Shizuoka : Paradisier gobe-mouche et mont Fuji

055 – Aichi : Hibou

06 6 – Gifu : Les quatre saisons à Takayama

07 7 – Shiga : Voiliers sur le lac Biwa

08  8 – Kyoto : Danseuse Maiko

 099 – Osaka : Château et centre des affaires

1010 – Nara : Mont Yoshino au printemps et à l’automne

 

Imaginez l’Ardèche, la Corse ou le Territoire de Belfort émettant un jour leurs propres timbres. Que feriez-vous ? Vous les rechercheriez sans doute, en vue de constituer une collection originale. Seul frein : votre porte-monnaie, à qui il faudra faire supporter une dépense de 2,80 F, ou même 2,40 F, multipliés par cent un départements si vous les désirez neufs. Par contre, si vous optez pour les oblitérés, une belle campagne de recherche en perspective !

Et pourtant, ce qui parait difficilement réalisable en France, le Japon, lui, l’a fait. A son avantage, un nombre de préfectures sensiblement inférieur, quarante-sept très exactement.

1111 – Mié : Ninja et château Ueno

 1212 – Wakayama : Pélerins (montagne sacrée de Kumano)

 1313- Hyogo : Vue de Kobé

1414 – Okayama : Poteries

1515 – Tokushima : Poupée de théâtre

1616 – Kagawa : Statue « Les 24 yeux »

1717 – Kochi : Baleines

1818 – Ehime : Détroit de Kurushima

1919 – Hiroshima : Festival du riz

2020 – Yamaguchi : Lanterne Tabanata(Festival des étoiles)

2121 – Ooita : Danse Tsurusaki

2222 – Miyazaki : Chevaux et phare de la pointe Hoi

2323 – Okinawa : Danse Ryukyu

2424 – Kagoshima : Festival Ohara

2525 – Kumamoto : Pont Tsujun-kyo

2626 – Saga : Ruines de Yoshinogari

2727 – Nagasaki : Voilier

2828 – Fukuoka : Mont Togamidaké et azalées

2929 – Shimane : Mausolée lzumo Taisha

3030 – Tottori : Poires

3131 – Fukui : Spectacle et tourisme

Inaugurées le 1er avril 1989, les émissions de préfectures en sont aujourd’hui à environ 200 timbres. Leurs particularités :

  • ils sont vendus exclusivement dans les districts correspondants et à quelques guichets philatéliques ;
  • ils sont cependant valables pour l’affranchissement du courrier dans tout le pays ;
  • leurs illustrations sont obligatoirement en rapport avec la préfecture qui les émet, ce qui a permis de supprimer du programme national les timbres dits « touristiques ».

32           32 – lshikawa : « Genki », mascotte du tournoi d’athlétisme

3333 – Toyama : Massif Tatayama et champ de tulipes

3434 – Nagano : Château Matsumoto

3535 – Niigata : Temple Gogo-an

3636 – Akita : Rochers de Nyudouzaki

3737 – Hokkaido : Renards arctiques

3838 – Aomori : Rivière Oirase

3939 – Iwate : Falaises côtières de Rikuchu

4040 – Miyagi : Cygnes et Mt Izunuma

4141 – Yamagata : Cerises

4242 – Fukushima : Pêches

4343 – Tochigi : Montagne Nikkou

4444 – Gunma : Le lièvre et la Tortue

4545 – lbaragi,: Cascade Fukuroda

4646 – Saitama : Poésie enfantine « Toryanse »

4747 – Yamanashi : Jeune fille et cerisier en fleur

Colorés, traitant des sujets les plus divers, utilisant tantôt la photo, tantôt le dessin humoristique, ces timbres n’ont pas manqué d’attirer les critiques des hautes instances philatéliques qui les considèrent comme un surcoût pour les collectionneurs. Un raisonnement plutôt simpliste, qui oublie que ces figurines ont non seulement une véritable utilité postale, mais reflètent aussi la culture, le folklore, les traditions et les nombreuses curiosités touristiques du Japon. Sans parler du fait que rien n’oblige à les collectionner neufs… ce qui est plus philatélique et, sans doute, moins onéreux !

Paru dans Timbroscopie n° 117 – Octobre 1994

Le surprenant « come back » des timbres locaux
1 vote, 5.00 avg. rating (94% score)

Laisser un commentaire