Quand la philatélie prend les eaux Autres spécialités, Thématiques

Une

Paradoxe de la philatélie, la thématique Thermalisme, illustrée par peu de timbres mais par des cohortes d’oblitérations, est d’un abord plutôt aride. En revanche, elle est très abordable : deux pièces seulement (un timbre et un carnet) approchent les 1000 F. Un thème approprié aux collectionneurs qui n’ont pas les moyens de se mouiller (financièrement) mais qui sont prêts à dépenser (leur temps) sans compter. Une quête de longue haleine qui pourrait faire penser au tonneau des Danaïdes. Mais, à la clé, un voyage à travers des régions touristiques de France, d’Europe et d’inattendues contrées lointaines. Première étape : se constituer un fonds de collection. En voici un aperçu.

Le premier en thème

01-02Avec cent vingt-sept ans d’avance sur la France, Nevis, une île des Antilles britanniques, vantait, déjà en 1861,les bienfaits de ses eaux (1),créant ainsi le premier timbre publicitaire. La même année, Napoléon Ill remettait le thermalisme au goût du jour en allant faire un séjour à Vichy avec l’impératrice mais aussi avec sa suite (2), sa garde et sa maîtresse.

 Un pont sur l’eau

03Une fantaisie. Mais elle a sa place dans la collection : un pont interpanneaux détourné à des fins publicitaires pour Neyrac-les Bains. Un classique du genre (cote:50F environ). (3)

 De l’eau dans les carnets

04-05Emplacements privilégiés pour la publicité, dans les années 30 : les marges des timbres de carnets. Le plus rare: Bussang, une station thermale des Vosges (cote du camet : 1500Fenviron). (4 et 5)

Tout le monde à l’eau

Tradition thermale en Belgique

06Contrairement aux idées reçues, les bains étaient très appréciés dans l’Europe du Moyen Age. Une importation, par les Croisés, des usages turcs. (6)

 Eau chaude à volonté

07L’Islande, pays des geysers, connaît depuis longtemps les propriétés curatives des bains d’eaux chaudes.(7)

 Des pieds et des mains

08En Hongrie, pour l’année mondiale des rhumatismes (1977). (8)

 Jolie baigneuse

09Toujours pour le traitement des rhumatismes, mais en Tchécoslovaquie, cette fois. (9)

 Autres thermes, autres lieux

10-12Le thermalisme n’est pas l’apanage de l’Europe. Pour preuves: ces timbres et ces oblitérations d’Israël, d’Algérie, et de la Réunion.(10 à 12)

 

 Des marques et des eaux

Daguin : indications et composition

13-14Soixante-cinq stations ont utilisé des empreintes Daguin. Deux familles : celles qui signalent les maladies traitées et celles qui indiquent la composition et, éventuellement, la température des eaux (record national : Chaudes-Aigues avec 81° !).(13 et 14)

15Malgré un nombre important de flammes consacrées en France aux eaux thermales (environ 500), on est loin des 5000 traitant du vin et de la vigne. Question de poids économique, probablement… (15)

Jeux d’eaux

16Inséparables du thermalisme: les loisirs. Pour certaines stations, ils ont parfois pris plus d’importance que les vertus des eaux. (16)

 Le repos du guerrier

17Une empreinte inattendue: celle d’un hôpital militaire thermal (ici, Bourbon-l’Archambault). De tels établissements fonctionnaient déjà pour les légionnaires de César.(17)

Traitement salé

18Dernière-née des hydrothérapies, la thalassothérapie commence à apparaître sur les flammes.(18)

 Eaux mécaniques

19La plupart des stations françaises sont dotées de machines à affranchir publicitaires.(19)

Quand la philatélie prend les eaux
1 vote, 5.00 avg. rating (94% score)

Leave a Reply