Douze timbres rares et leur carte d’identité Amérique du Nord, Amérique du Sud, Asie, Bavière, Belgique, Brésil, Canada, Ceylan, Colombie, Espagne, Europe, Finlande, Grande-Bretagne, Guyane anglaise, Outre-mer, Pays A-F, Pays G-N, Pays P-Z, Pérou, Suisse

Une

 Grande-Bretagne (1840) N°1.

Timbre de service 1 penny noir

Les initiales de la reine

GBNe vous y trompez pas. Ce « Penny Black » ne doit pas sa place dans notre sélection au fait qu’il fut le premier-né des timbres du monde mais bien aux deux lettres qui illustrent ses coins supérieurs… et qui en font une grande rareté.

Marqué aux initiales de la reine Victoria (Victoria Regina) qui n’hésita pas une seconde à offrir le profil de ses quinze ans à ce timbre émis lorsqu’elle en avait vingt-et-un, il était destiné à affranchir le courrier officiel et donc à ne jamais être vendu à la poste.

Pour une raison inconnue, il ne servit qu’un jour – le 7 mai 1840 – sur trois circulaires officielles avant de disparaître et de sombrer dans l’oubli le plus total.

On croyait les stocks de ce mort-né entièrement incinérés dès 1843 jusqu’au mois de juillet 1905 où l’on exhuma par hasard une feuille de 240 exemplaires presque intacte.

Dont celui que vous voyez ici étalant fièrement les détails de sa gravure rendue quasiment impossible à contre­faire par les guillochis qui en rehaussent le fond.

Rien d’étonnant donc si ce premier des non-émis va chercher dans les 50 000 F les rares fois où il apparaît dans une vente. Au point que les lettres V et R qui le caractérisent pourraient signifier very rare.!

 

Brésil (1843) N° 3. 90 reis noir

Quand un œil-de-bœuf nous regarde

La France hésite encore à se doter de timbres et, déjà, le Brésil imprime les siens!

BresilCela suffirait à justifier le choix de ce 90 reis émis le 1er août 1843, au moins autant que sa courte durée de vie – à peine onze mois – et sa grande valeur : 90000F.

Bien avant que Georges Bizet immortalise l’œil noir (de Carmen ou du taureau ?), le Brésil faisait entrer dans la légende les « Œils-de-bœuf » – c’est ainsi que l’on a baptisée cette série de trois timbres – noirs eux aussi.

Mais pourquoi donc ne pas avoir représenté sur cette émission le magnifique barbu qu’était Pedro Il, empereur du Brésil, lequel se retrouvera par la suite, de face ou de profil, sur chaque timbre de son pays ? Tout simplement pour ne pas maculer son auguste visage par de noirs cachets. Particularité de ces Œils-de-bœuf : les trois couleurs le 30, le 60 et le 90 reis, étaient imprimées sur la même feuille par rangées de six timbres!

Un conseil: s’il vous arrive d’évoquer les Œils-de-bœuf dans une conversation avec des philatélistes huppés, n’ajoutez pas « du Brésil ». Ce serait vexatoire pour vos interlocuteurs et vous auriez l’air d’un plouc de la pire espèce !

 

Suisse (1845)
(canton de Bâle) N°8. 2 rappen et demi

Aussi célèbre que la Colombe de Picasso !

SuisseA Bâle, on n’a pas lésiné pour faire d’elle la plus belle parmi les plus belles. Ne reculant devant aucun sacrifice, les responsables du canton, voulant sans doute faire la nique à leurs homologues de Zurich et de Genève, ont décidé d’aller la faire imprimer à l’étranger, par Krebs à Francfort-sur­-le-Main.

Pour la rendre plus attrayante, on lui offre une impression en trois couleurs en typographie et l’on rehausse le tout d’un gaufrage qui lui donne un relief du meilleur effet.

Et, hasard ou prévoyance ?, on rédige sa valeur en rappen, donc en monnaie fédérale, ce qui lui vaudra de continuer à servir jusqu’en 1854 alors que ses rivales des autres cantons, conçues en monnaies locales, durent céder le pas à d’autres émissions dès 1849.

Etonnez-vous après tout ce soin que la « Colombe de Bâle » soit considérée unanimement comme le plus beau timbre , du monde d’après les enthousiastes, d’avant 1900 pour ceux auxquels elle n’a pas complètement tourné la tête !

Quant à sa valeur, elle oscille sur la largeur de ses marges, la fraîcheur de ses couleurs et même la qualité de son relief entre 60 et 120 000 F ce qui, même lorsqu’ils sont français et non suisses, en fait un oiseau de prix.

 

 Belgique (1849)

N°2. 20 c bleu-clair

Attention les marges !

BelgiqueIl y a plus rare, il y a plus beau que le N°2 de Belgique, vedette de la série « Epaulettes », qui doit sa sélection à son immense notoriété mais aussi à la finesse de sa gravure et aux circonstances de sa naissance. Tiré à plus de cinq millions d’exemplaires, il avait peu de chances d’atteindre une cote alléchante. Et pourtant, l’étroitesse de l’espace qui séparait les timbres entre eux, ajouté à son usage massif pour l’affranchissement du courrier, a fait singulièrement décroître le nombre de ceux qui ont survécu à l’état neuf avec quatre marges intactes.

Tout le monde croyait que les deux timbres aux épaulettes étaient l’œuvre de Jacques Wiener, graveur renommé de médailles et père de la réforme : postale belge, jusqu’au jour où l’on découvrit qu’ii s’était attribué une paternité revenant à un artiste anglais, J.-H. Robinson travaillant pour Perkins, Bacon and co qui imprimèrent les timbres !

Cette découverte tardive, en replaçant ces timbres sous les projecteurs de l’actualité, ne fit aucun mal à leur notoriété. Bien au contraire.

 

Bavière (1849)

N°1.1 Kreuzer

Le noir lui va si bien

BaviereEn 1849, la mode est aux effigies des souverains, voire aux armoiries du plus pur style rococo mais, certes, pas à la pureté classique (ou moderne d’avant-garde?) du N°1 de Bavière auquelle dépouillement de sa conception plus que sa valeur intrinsèque vaut de briller sous les feux de la rampe.

Recherchez-le dans le strict noir intense de sa première version, avant que l’usure de sa planche de cuivre n’ait entraîné son remplacement par une planche en laiton dont sont issus les exemplaires gris-noir, nettement moins rares.

Si vous avez le bonheur de tomber sur un tête-bêche ou sur un exemplaire à l’inscription retouchée laissant apparaître sous BAYERN quelques lettres de FRANCO, faites des bonds de joie car tout cela est rarissime.

Signe incontestable de sa noblesse, le N°1 de Bavière a droit, tel un lord anglais ou comme le 15 c vert français, a être désigné par son seul prénom. On le dénomme « un Noir » de ce côté du Rhin et le « Schwarzer Einser » de l’autre, une familiarité qui ne trompe pas.

 

Espagne (1851)

N°8. 2 réals rouge

Pas très belle, mais rare

EspagneSi vous avez pour le profil de cette Isabelle Il les yeux de Rodrigue, c’est-à-dire si vous lui trouvez un charme fou, une seule explication : vous connaissez vos classiques d’Espagne sur le bout de la pince et les quatre zéros qui suivent le premier chiffre de sa cote – un 9 -vous ont tourné la tête ! Et si vous rêvez de voir soudain le rouge de ce 2 réals virer au bleu – et un cinquième zéro s’ajouter aux quatre précédents – c’est que vous avez entendu dire qu’un cliché vagabond de 2 réals est allé se promener dans la planche des 6 réals lors de l’impression créant ce timbre dont vous rêvez et qui n’est connu, en bleu, qu’à quatre exemplaires !

Mais revenons à cette Isabelle – qui n’a rien d’une reine de beauté. Ce qui ne l’empêche nullement de s’être fait timbrifier sous vingt-neuf formes différentes – toujours de profil – pour vous permettre d’aligner son portrait deux cent quatre-vingt-cinq fois si, d’aventure, vous prenez la fantaisie d’en faire le sujet-phare d’une collection. A condition de ne pas vous limiter à l’Espagne mais à étendre votre quête aux colonies ibériques d’alors, de Cuba à Porto-Rico en passant par les Philippines.

N’accablons cependant pas cette reine pas narcissique pour deux sous (ni même pour deux maravedis) : si on la timbrifiait avec régularité chaque année c’est, tout simplement parce que les postes espagnoles pensaient éviter ainsi la contrefaçon de leurs timbres d’usage courant!

Pourquoi le 2 réais est-il si rare? Tout simplement parce que, pendant les trois cent soixante-cinq jours de son existence, il ne servit que rarement, les plis recommandés auxquels on le destinait étant peu usités, d’où son faible tirage : 1432 exemplaires, pas un de plus

 

Terre-Neuve (1857)

1 shilling rouge-orange

Un Vermillon venu du froid

TerreNeuveCe Vermillon dont la couleur n’est pas sans ressembler au plus célèbre classique français, le 1 F de 1849, n’est autre que le second timbre le plus rare de cette lointaine colonie britannique au Canada, l’île de Terre-Neuve.

Complètement isolée avec l’extérieur plusieurs mois de l’année parce que bloquée par les glaces de l’hiver, Terre-Neuve ne dispose, au 1er janvier 1857, que d’une douzaine de bureaux de poste. Ajoutez à cela un trafic de courrier local extrêmement réduit et vous comprendrez pourquoi les premiers Terre-Neuve sont rares.

Les deux cent trente-cinq lettres revêtues de timbres de la première émission connues et recensées jusqu’à présent démontrent, s’il le fallait, le peu d’intérêt des Terre-Neuviens pour l’écriture. Sans doute le savait-il, le postmaster général de Saint-John, la capitale, qui ne commanda que deux mille exemplaires de ce 1 shilling. Voulez-vous maintenant connaître la cote de cette authentique rareté ? Plutôt que l’âge du capitaine, essayez de deviner le nombre d’habitants à Terre-Neuve en 1857 ? Cent vingt mille ? Bravo, vous avez trouvé!

 

Pérou (1857)

N° 1. 1 réal bleu

Vent d’est, vent d’ouest

PerouFaites le compte : du 1er décembre 1857 au 28 février 1858, trois petits mois, telle est la durée d’utilisation de deux timbres hors du commun, ceux que la Compagnie de l’océan Pacifique accepta de céder au gouvernement péruvien, lequel attendait en vain depuis des années de concrétiser son désir de doter ses postes de vignettes postales !

Allez vous étonner qu’ils soient rares, surtout lorsqu’on vous aura appris qu’ils servirent uniquement à affranchir le courrier entre Callao (le port de Lima) et Chovillas !

Quelques particularités à noter.

Sur ces deux timbres figurent la valeur faciale (1 et 2 reals) mais aussi le poids de la lettre qu’ils transportaient (1/2 et 1 once).

Le 1 real bleu montre le navire navigant vers l’ouest, tandis que le 2 reals rouge, lui, voit naviguer son navire vers l’est.

Mais attention: les faux, les réimpressions et les essais abondent. Donc, méfiez-vous des fausses joies car, si les authentiques valent allègrement leurs 20 à 35 000 F pour les réimpressions, ôtez deux zéros !

 

Ceylan (1857)

N° 3. 4 pence rose

Le triomphe de l’Inutile

CeylanC’est parce que 4 pence ne correspondaient à aucun tarif que le 4 p. de Ceylan est si rare ! On n’a jamais su pourquoi il fut créé et donc pourquoi il fut inclus dans une série où les vedettes abondent. Et comme si son extrême rareté ne lui suffisait pas, il est beau, le diable !

Jamais l’effigie de l’inusable reine Victoria n’a été gravée avec tant de finesse. Jamais la teinte n’a été plus fraîche. Quand à l’encadrement, comme tous ceux de cette étonnante série, on le jugea si beau que l’imprimeur, dans doute soucieux de faire des économies, l’utilisa plus tard pour les timbres de la province australienne de Tasmanie.

A l’état neuf, ce 4 pence est rarissime.

La preuve ? Sa cote, exprimée en livres ou en deutsche mark, tourne toujours aux alentours de 600 000 de nos francs !

 

Guyane anglaise (1856)

n° 12. 4 cents magenta

Il était un petit navire…

GuyaneAnVous qui connaissez son frère, l’unique « One cent magenta », sous-entendu de Guyane anglaise, acheté il n’y a pas si longtemps un million de dollars!, n’allez surtout pas faire la moue face à ce « Four cents » qui, croyez-le, ne se trouve pas sous les pas d’un cheval… même s’il existe à quelques exemplaires, tous oblitérés du reste.

Si son « look » n’est pas éblouissant c’est parce qu’il était difficile de faire mieux avec les moyens du bord, quelques caractères typographiques et une vignette empruntés aux maigres moyens techniques de l’imprimerie de la gazette locale de Georgetown lorsque les timbres vinrent à manquer et qu’il fallut bien, à la va-vite, en fabriquer sur place. Le général postmaster du reste, conscient de la pauvreté de sa production, n’avait qu’une peur : voir les falsifications fleurir, tant ces timbres étaient faciles à reproduire.

Seule parole : faire parapher chaque exemplaire par ses collaborateurs les plus fiables dont les autographes en forme d’initiales – E.D.W, E.T.E, C.A.W, W.H.L – valent aujourd’hui des fortunes, à condition de figurer sur ces méchants morceaux de papier.

Un dernier renseignement pour votre gouverne : celui présenté ici vaut tout de même 75 000 F!

 

Finlande (1867)

1 mark. no 10 brun-jaune

Des dents pour les mordus !

FinlandeRegardez bien ce timbre de Finlande, émis à l’époque où le grand-duché était vassal de la Russie des tsars. Faut-il parler, pour le désigner, de « dentelure » comme pour tous les timbres émis avant, pendant ou après la naissance de cette extraordinaire émission, ou plutôt de « denture » tant sont menaçants ces crocs de 1,5 mm et même de 2,5 mm de long qui entourent les timbres de 1860 à 1870 de Finlande ?

Du jamais vu, ces « percés en serpentins » qui font oublier les armoiries illustrant le timbre tant ils agressent le regard mais aussi tant cette dentition est fragile.

Au point que des barèmes ont été établis pour estimer la valeur des partiellement édentés: une dent perdue, c’est 50 % de la valeur qui s’envole, trois dents arrachées, votre timbre ne vaut plus que 10 à 15 % de sa valeur lorsqu’il est intact.

Cette invraisemblable initiative des postes finlandaises, jamais rééditée depuis, valait bien un satisfecit. Timbroscopie le lui offre en faisant cohabiter ce 1 mark avec de plus grandes, mais moins originales, raretés.

Sur lettre, en général à destination de l’Angleterre et accompagné d’un 5 penni la même série, il est très rare.

 

Colombie (1920)

N° 5. Poste aérienne 10 centavos

De Baranquilla à Carthagène

ColombieAvec leur allure de bande dessinée, leur dessin naïf et leurs couleurs éclatantes, elles font toujours sensation lorsque, au hasard d’un catalogue de vente, elles se retrouvent égarées au milieu de cohortes de timbres classiques aux teintes austères et aux dessins rigoureux.

Et pourtant les neufs vignettes de Poste aérienne de Colombie ne sont nullement déplacées, elles qui sont nées en 1920, parmi leurs aînées si l’on se penche sur leur rareté et leurs cotes. Dame ! leurs prix oscillant entre 18000 et 60 000 F forcent le respect et cela d’autant plus qu’ils se justifient largement.

Lorsque la compagnie colombienne privée de navigation aérienne emporte le combat officiel de transport du courrier par voie aérienne entre Baranquilla et Carthagène, ses dirigeants s’aperçoivent soudain que matériel et personnels sont fin prêts pour remplir leur mission mais que seuls manquent les timbres dont personne n’a songé à se préoccuper !

Qu’à cela ne tienne : on achètera à un imprimeur local son stock de vignettes de propagande aéronautique lesquelles revêtues à la va-vite d’une surcharge indiquant la surtaxe à payer feront parfaitement l’affaire.

Cent séries seront ainsi transformées en timbres on ne peut plus authentiques, donnant ainsi naissance à neuf cents timbres dont tous les amateurs de Poste aérienne rêvent de faire l’un des fleurons de leur collection.

Paru dans Timbroscopie n° 53 – Décembre 1988

Douze timbres rares et leur carte d’identité
4 votes, 5.00 avg. rating (98% score)

Recent Comment

  1. rehana bibi moussa

    i have some stamps of mauritius. from 1889 to 1965. france from 1902 to1965. america. russia. germany. new zealand. india . africa . china . and british stamps also for sell. thanks before hands

Laisser un commentaire