La Polynésie vue par les peintres Autres spécialités, Expression française, Pays de P à Z, Polynésie-Française, Thématiques

Une

Il n’y a guère plus de vingt-ans – c’était très exactement le 14 décembre 1970 – leur apparition à la poste de Papeete et dans les bureaux des îles environnantes fut certes saluée avec joie par les esthètes mais ne déchaîna pas un enthousiasme délirant dans le monde des collectionneurs.

Au point que, lorsqu’on les retira de la circulation le 1er février 1972, seul le 20 F – la plus petite valeur faciale de la série avait été presque intégralement vendu : très exactement 129 756 exemplaires sur les 130 000 sortis des presses.

Quant aux autres, leurs ventes s’échelonnaient entre 48 295 (pour le 80 F) et 62862 (pour le 40 F). Il faut dire qu’à l’époque la Polynésie française n’était pas encore devenue un “pays” à la mode !

Et le fait que le 100 F, que nous présentons ci-dessus dans notre série “Les plus beaux timbres du monde”, ait obtenu le Grand prix de l’art philatélique en 1970 n’avait pas eu une incidence déterminante sur ses ventes.

APourtant, comment ne pas se laisser prendre au charme de cette timide et sage petite Tahitienne, posant pour le peintre Jean-Claude Bouloc ?

Comment ne pas adorer son chapeau gentiment posé sur sa brune chevelure ?

Depuis,les choses ont changé. La Polynésie est devenue un “must” et ses cotes ne cessent de monter. La “Petite fille au chapeau de paille” vaut déjà 210 F dans le catalogue Cérès 91 et il y a fort à parier que I’Yvert de la même année lui accordera plus que les 200 F figurant dans son édition de 89.

Esthétisme et rentabilité

BCTout laisse supposer, en fait, que ce 100F ne sera pas l’incontestable vedette des années à venir.

Toutes les séries consacrées par le plus lointain de nos départements aux œuvres des “Artistes en Polynésie” sont en effet fertiles en bonnes valeurs. Quant à leur valeur artistique, elle est indéniable tant est riche de talents la pléiade de peintres qu’attirent les charmes de cette myriade d’îles et d’atolls.

DE

En combinant les nombreux timbres de cette région consacrés aux œuvres de Gauguin avec ceux vous faisant découvrir des artistes moins connus, vous pouvez à la fois réaliser un musée imaginaire chargé de rêve et un placement pas le moins du monde utopique!

Paru dans Timbroscopie n° 80 – Mai 1991

La Polynésie vue par les peintres
2 votes, 5.00 avg. rating (96% score)

Leave a Reply