Slide-VA

il y a 4 semaines

Le 4 pence bleu d’Australie occidentale : un cygne très particulier Australie, Océanie, Outre-mer

Une

Le hasard a réuni trois éléments pour mettre la tête à l’envers du 4 pence bleu d’Australie : une chaleur torride. un imprimeur râleur au possible, et un malheureux ouvrier borgne. On peut en ajouter un quatrième le dessinateur lithographe de Perth. H. Salmon qui un an avant cette histoire, appliquait dans son travail la sacro-sainte règle : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !

01

Après le tête-bêche du 1 F vermillon. le Perot des Bermudes, l’erreur du 3 K. de Bade,
voici le célèbre «inverted frame» (cadre renversé) du cygne bleu d’ Australie Occidentale.
Cette erreur est connue à 15 exemplaires dont six appartiennent à des musées.
Celui-ci, estimé à plus de 350.000 F, vient d’être proposé dans une vente aux enchères en Europe.
1985, c’est décidément l’année des « gros bras » de la philatélie.

Le cygne noir à 1 penny est mis en vente le 1er août 1854 en Australie Occidentale. Premier timbre national, il a été imprimé par la célèbre firme britannique Perkins Bacon.

Mais, en matière de Poste, on ne va pas très loin avec un timbre à 1 penny et très vite on se rend à l’évidence : il faut des timbres avec de plus grosses valeurs faciales pour les lettres vers l’étranger ou les colis. Bref des 4 pence et des 1 shilling sont indispensables et urgents.

Une mise en train besogneuse

Aussi charge-t-on un imprimeur de Perth (la capitale de l’Australie Occidentale) d’effectuer ce travail. C’est ici qu’entre en scène H. Salmon, dessinateur lithographe chargé de préparer le matériel d’impression : la pierre lithographique. Et la façon dont il s’y prend est loin d’être la plus simple !

Il prend une feuille de timbres de 1 p. et en décalque le quart droit (5 rangées de 12 timbres) sur une pierre lithographique dite intermédiaire.

A l’aide d’acide, il «gomme» le cadre extérieur de chaque timbre pour ne laisser que le dessin central : le cygne.

Il prépare ensuite un nouveau cadre, octogonal qui comporte les inscriptions : « POSTAGE / WESTERN / FOUR PENCE / AUSTRALIA».

Le cadre terminé, il en opère le transfert 60 fois de suite autour des 60 cygnes de sa pierre intermédiaire.

Cette pierre lui permet de réaliser quatre «duplicata» qu’il assemble pour former une planche (ou une pierre) d’impression de 240 timbres de même format que celle du 1 p. de Perkins Bacon. Ouf!

L’impression se déroule du 6 au 8 juillet 1854. Cent feuilles de 240 timbres sont livrées. Et, malgré cette préparation laborieuse, il n’y a pas de problèmes majeurs ni de cygnes à l’envers.

Retour à la case départ

En décembre 1854, la provision de 4 pence bleu commence à s’épuiser. Des instructions sont données pour réaliser un nouveau tirage.

H. Salmon est à la retraite. Son remplaçant, un dénommé Hillman, n’est pas encore «dans le coup». L’ouvrier imprimeur, Michael Hogan, est un homme irascible qui s’est fait remarquer en acceptant de ne travailler à Perth qu’à condition que sa femme le rejoigne – elle était à Melbourne -et que son voyage soit payé par le gouvernement. Ce qui ne l’empêchera pas d’abandonner son épouse lorsqu’il quittera Perth en décembre 1855.

Hogan le mauvais est aidé par un personnage falot, un indigent du nom d’Owen Jones, qui fait fonction d’homme de peine pour un salaire quotidien d’1 shilling et 6 pence.

En ce mois de janvier 1855,c’est le plein été en Australie et le soleil est de plomb. Hogan râle à n’en plus finir : l’encre et le papier font mauvais ménage lorsqu’il fait chaud ! C’est la planche d’impression de Salmon qui est calée sur la presse. Elle est encore intacte et Hogan n’imprime que… trois feuilles !

Mauvaise manipulation, geste d’énervement? La pierre est éraflée et inutilisable !

Par bonheur, la pierre lithographique intermédiaire de Salmon a été conservée et paraît intacte. Quel soulagement ! Cela va éviter l’incroyable gymnastique des 60 transferts de cadres. Malgré tout, deux timbres apparaissent endommagés :ceux des cases 34 et 36. Il faut remplacer les cadres octogonaux.

02

Le cygne noir à 1 penny, premier timbre d’Australie Occidentale, imprimé par Perkins Bacon en Angleterre.

La mort du cygne

C’est ici que chacun se pose la question :qui a effectué le transfert des cadres ? Hogan le grincheux ou Jones le borgne ? L’histoire ne le dit pas.

Même le Trésor lorsqu’on lui livre les 97 feuilles de 4 pence,ne se rend pas compte que 388 cygnes renversés (en réalité ce sont les cadres qui sont renversés) vont être vendus par tous les bureaux d’Australie Occidentale.

388 variétés dont seulement 15 sont parvenus jusqu’à nous aujourd’hui.

Cette erreur se situe à la case 36 de la planche intermédiaire (celle des 60 premiers clichés) et aux cases 144, 146, 151 et 156 sur la feuille de timbres (la planche intermédiaire a été dupliquée quatre fois). Que s’est-il passé pour la case 34 ? Un autre cadre renversé ? Non, mais un cadre complètement de guingois («tilted frame» en anglais) une variété tout aussi rare mais beaucoup moins spectaculaire.

Epilogue

Un troisième et même un quatrième tirage du 4 pence bleu seront encore exécutés en octobre et décembre 1855.

1650 feuilles au total. Les deux erreurs ayant été découvertes entre-temps, des instructions ont été données pour les corriger. Et cette fois-ci, c’est en transférant le dessin complet du timbre, le cygne et son cadre, que seront constituées les nouvelles planches d’impression… Et c’est bien dommage pour nous, les collectionneurs.

 

LE CYGNE, UN SYMBOLE

3e état de la Confédération à avoir émis des timbres après le Victoria et la Tasmanie, l’Australie Occidentale est également le seul à ne pas avoir reproduit d’effigie pour sa 1ère émission . Pourquoi un cygne ? Parce que les cygnes noirs étaient si abondants dans cette région que les Anglais l’appelèrent « Black Swan River » (la rivière aux cygnes noirs).

Paru dans Timbroscopie n° 15 – Juin 1985

Le 4 pence bleu d’Australie occidentale : un cygne très particulier
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)

Laisser un commentaire