L’empire du Milieu Aérophilatélie, Asie, Autres spécialités, Chine, Outre-mer

Une

Quel plan adopter pour présenter en compétition une collection de cartes-maximum sur la Chine avec des chances raisonnables de succès ?…

En maximaphilie, on peut collectionner des cartes-maximum d’un pays ou d’un groupe de pays.

Dans le cas présent, le développement de cette présentation ne prétend pas être exhaustif tant sur l’histoire que sur la géographie. La maximaphilie n’ayant conquis ce pays que depuis quelques décennies, il n’existe que peu de matériel à la disposition du collectionneur à partir duquel ce dernier s’efforcera d’élaborer, cependant, un plan cohérent.

Si une collection générale sur un pays comme la Chine, telle qu’elle est présentée ci-dessous, peut espérer une bonne chance de réussite en compétition, il n ‘en est pas de même pour une collection de cartes-maximum de France qui adopterait un même type de plan. Compte tenu des nombreuses réalisations existantes depuis 1900, elle devra d’être présentée autrement. Le maximaphile se tiendra à un sujet ou un thème plus restreint (sites et monuments, châteaux, l’architecture religieuse, les académiciens français, la France sous la Révolution, Paris-sur­Seine, etc.).

L’empire du Milieu

01Dans les enseignements et les idées recueillis par les disciples de Confucius (philosophe chinois vers 555/479 av. J.-C.) (1), il est fait état de l’appellation « empire du Milieu » encore employée aujourd’hui dans l’usage courant. Elle exprime la représentation d’une pensée culturelle qui voit sa propre civilisation comme centrale, suprême de la culture existante; le contraire du pluralisme.

Montagnes et torrents

Au nord-est de la Chine, dans la province du Jilin, le lac Tianshi (lac du ciel) au sommet du mont Changbaishan (les montagnes couronnées de neige) à 2000 mètres d’altitude, est un lac volcanique d’une superficie de 9,82 kilomètres carrés et d’une profondeur maximum de 373 mètres.

02Il compose l’un des plus magnifiques spectacles du monde avec les seize pics de forme étrange qui l’entourent. Par temps calme, ses eaux sont si claires qu’on peut voir les rochers à plusieurs mètres de profondeur. Lorsque le temps se gâte, des vents violents viennent soulever la surface en vagues de plusieurs mètres de hauteur (2).

03-04La province de Hunan, en Chine centrale, abrite le site grandiose et touristique de Wulingyan (3). L’île de Hainan, au sud-est de la Chine, de 34 000 kilomètres carrés (la seconde après Taïwan) présente un relief de plaine dans le nord et de montagne au centre et au sud. La forêt couvre la majeure partie de cette île aux rivages paradisiaques (4).

05La superficie des déserts représente 15,5 % du territoire chinois (1,50 million de kilomètres carrés). Au centre de la Chine, dans la région autonome musulmane du Ningxia, quand vient l’été, les montagnes, les glaciers et les neiges proches de vallées donnent naissance à d’innombrables torrents qui viennent grossir les eaux boueuses du fleuve Jaune. Il déborde et fertilise les zones désertiques voisines, la végétation reprend vie et le désert verdit comme une grande oasis (5).

06La panthère des neiges (6) se voit aujourd’hui menacée d’extinction. Son épais pelage montre bien que cet animal s’est parfaitement acclimaté aux montagnes glacées de l’Asie centrale.

07Le bambou est depuis toujours en Chine une plante d’usage universel. Il fournit du matériel de construction, est tressé de manière très diverse et sert de matière première pour l’élaboration du papier. Parmi les premiers supports de l’écriture figurent des bandes de bambou. Les pousses de nombreuses espèces sont appréciées comme légume (7).

08Incontournable, la fleur de théier de montagne variété «thé à fleur d’or», après infusion, donne la boisson nationale (8).

L’architecture ancienne

Parmi les travaux de défense, la tour d’alarme de Kizi Kuqa, tour de guet de la période des Han (206 av. J.-C), est située dans la province du Xinjiang sur le tronçon nord de l’ancienne «Route de la soie».

09Des informations à caractère militaire étaient rapidement transmises de tour en tour, construites en briques séchées au soleil avec une armature de bois et de roseaux (9), par des signaux lumineux ou des signaux de fumée.

10La Grande Muraille (10), qui devait protéger l’empire du Milieu contre les incursions barbares du nord est unique. Sur 5000 kilomètres, elle épouse les élévations et sinuosités des arêtes montagneuses. Les sections du mur aujourd’hui accessibles aux visiteurs datent, pour la plupart, de l’époque Ming (1368-1644).

Le Palais impérial – la célèbre Cité interdite – est situé au centre de Pékin. Sa construction commença en 1406 sous le troisième empereur Ming Chengzu et dura quinze ans.

11Le Palais impérial joue un rôle central dans les grands événements qui ont marqué l’histoire de la Chine contemporaine, l’apogée des Ming, le triomphe des Qing (11).

12Architecture civile, un relais de poste historique à Suzhou, province orientale du Jiangsu, date de l’époque de la dynastie des Song du Sud (420-429) (émission pour le Congrès national de la philatélie chinoise), (12).

1314Architecture religieuse, les grottes de Longmen situées sur les bords de la rivière Yi, au sud de la ville de Luoyang dans la province du Henan, sont un vaste ensemble de grottes bouddhiques creusées à partir du Ve siècle sous la dynastie des Wei du Nord (386-534), puis sous les Tang (618-907). Une grande caverne de 35 mètres de long sur 30 mètres de large abrite neuf Bouddha de grande taille dont le plus imposant se dresse à 18 mètres de haut (13) Le monastère de Xuangong (14) est situé dans la province du Shanxi. Accroché aux parois du mont Hengshan, cet étonnant monastère appelé «le monastère suspendu en l’air» date du début du VIe siècle. Restauré plusieurs fois, il est resté fidèle à sa disposition d ‘origine. Certains pavillons ne sont soutenus que par des piliers de bois scellés dans les rochers. Un réseau d’étroits sentiers creusés dans la falaise relie les bâtiments entre eux.

15La pagode de Zhenguo (temple Kaiyuan à Quanzhou), province orientale du Fujian (15), est construite en bois et en brique. Les pagodes représentent une architecture caractéristique et particulière de la Chine et font parties intégrantes des lieux de culte bouddhique : monastères, temples.

Le monde de l’art

16Le quadrige du mausolée de l’empereur Qui Shihuang, (règne 221/ 210 av. J.-C.), qui unifia l’empire chinois, qui succédait à la royauté des temps antiques, est un symbole de l’art du bronze. De minutieux travaux de restauration au moyen de plusieurs milliers de fragments permirent de restituer dans son éclat d’origine ce quadrige (3,30 mètres de long et 1 mètre de haut). Découvert en 1980, c’est une des plus anciennes œuvres de la grande sculpture de bronze chinoise. Le timbre représente la tête du cocher, la carte-maximum restitue l’ensemble de l’œuvre (16).

17Peinture célèbre, Mademoiselle Wang Zhaojun jouant de la flûte au clair de lune (17) met en scène l’héroïne d’une légende chinoise qui se transmet de génération en génération et exalte le grand sacrifice de cette jeune fille courageuse d’origine paysanne quittant son pays natal pour se marier avec le chef des Huns (population d’origine paléo-sibérienne qui occupait la Mongolie sous les Han, 206 av. J.-C.) pour que son peuple se réconcilie avec les Huns (les Xiongnu).

18Une peinture ancienne du peintre Zhang Bangiao né en 1693, grand peintre, poète, calligraphe, sculpteur de la dynastie des Qing (18) illustre la forme artistique de l’époque qui associe l’écriture au pinceau et la peinture à l’encre de Chine. On y voit là également la représentation du bambou.

La Chine moderne

19Les artisans du grand bouleversement sont incontournables. Sun Yatsen (1866-1925) est considéré en Chine comme le « père de la République » et le fondateur de la Chine moderne. Il crée en 1911 le parti révolutionnaire antimandchou. La dynastie impériale renversée, il est proclamé président de la République en 1919. Une statue est érigée à Wuhan, province du Hubei dans le sud-est de la Chine (19).

202122L’obtention d’une place d’aide bibliothécaire à l’université de Pékin fait découvrir à Mao Zedong (1893-1976) la théorie marxiste. Dès cette époque, sa vie se confond avec celle du Parti communiste chinois, ce qui l’oppose à Tchiang Kaïchek, partisan du nationalisme. Sorti vainqueur d’une confrontation idéologique et militaire, Mao Zedong (20) proclame le 1er octobre 1949 la République populaire de Chine, tandis que Tchiang Kaïchek se réfugie dans l’île de Taïwan. C’est dans ce bateau (21), sur le lac Nanhu (lac du Sud), que se tient en 1921, dans la clandestinité, le premier congrès du Parti communiste chinois. Il fallut ensuite un grand palais au peuple. Au cœur de Pékin, un important édifice où siège l’Assemblée nationale populaire au cœur de Pékin (émission pour le 6e congrès national du peuple, 1983, (22)).

2324D’autres émissions exaltent les symboles de la réussite économique : station centrale de télévision couleur de Pékin en 1988(23), ou piscine couverte dans les faubourgs du nord de Pékin, construite pour les 11es Jeux asiatiques de 1990 (24) entre autres.

Paru dans Le Monde des Philatélistes n° 499 – Septembre 1995

 

L’empire du Milieu
1 vote, 5.00 avg. rating (95% score)

Laisser un commentaire