La Rochelle France, Monaco, Andorre, Période semi-moderne

Une

Imprimé dès le 22 mars 1929, émis le 18 juillet de la même année, imprimé à 4 500 000 exemplaires, le timbre La Rochelle fut retiré du service le 20 mars 19 39…

Fondée au Xe siècle, La Rochelle n’est à l’origine qu’un modeste village de pêcheurs. Deux siècles plus tard, la ville amorce une croissance qui lui permettra d’atteindre rapidement le sommet de la hiérarchie des ports français. Cette montée en puissance s’appuie sur deux piliers. D’une part, le commerce du sel et du vin fait la fortune des armateurs rochelais, d’autre part, la ville se donne aux protestants et assure le rôle de capitale et de première place forte du protestantisme français.

Malheureusement, l’indépendance et la puissance de la ville menacent la politique d’unification, entreprise par le pouvoir royal. En 1628, La Rochelle est assiégée, affamée et finalement prise par les troupes de Louis XIII. Les remparts sont démantelés, sa puissance détruite et son commerce ruiné.

Le retour de la prospérité n’a lieu qu’au XVIIIe siècle grâce au commerce des esclaves africains, du sucre des Antilles et des fourrures du Canada.

La Révolution, les guerres de l’Empire vont à nouveau endormir La Rochelle qui ne se réveillera qu’à la création du port en eau profonde au début du XXe siècle. Depuis cette époque, la ville, mal reliée à son arrière-pays, a connu une alternance de phases de croissance économique et de périodes de difficultés.

Le trafic de marchandises n’a pas réussi à décoller véritablement et ne situe aujourd’hui La Rochelle qu’au huitième rang des ports français.

Les activités industrielles (construction navale, industrie automobile) et la pêche ont rencontré de dures périodes de récession.

Seul le tourisme a connu un essor remarquable, grâce notamment à la construction à partir de 1971, d’un nouveau port de plaisance.

Celui-ci, avec ses 3 000 emplacements, représente actuellement le plus grand port de plaisance d’Europe.

 

Description du timbre

Le timbre consacré à la ville de La Rochelle nous montre l’entrée du vieux port. Cette entrée est remarquable par son étroitesse et par les deux tours qui la dominent.

Ces témoins de l’ancienne splendeur de la ville datent des XIVe et XVe siècles et ont survécu à la destruction de l’enceinte après le siège de 1628. A droite de l’entrée du port la TOUR de la Chaîne doit son nom à l’énorme chaîne qu’on tendait entre les deux tours quand on voulait interdire aux navires l’accès du port.

A gauche, la Tour Saint-Nicolas se distingue par sa masse imposante. Les voiliers qui apparaissent au premier plan sur le timbre ajoutent au charme du site et évoquent les nombreux marins qui dans le passé mirent à la voile du port de La Rochelle vers les Amériques et les grands bancs de pêche.

Si La Rochelle est aujourd’hui un des ports français les plus célèbres, il est probable que le timbre qui lui a été consacré a permis d’en diffuser l’image aux quatre coins de la France et du monde.

01 1 – Epreuve d’artiste signée du graveur Cheffer.

02 2 – Essais de couleur vert gommé non dentelé et rouge gommé non dentelé.

Le 10 F Port de La Rochelle émis le 18 juillet 1929, fut le premier timbre français imprimé en taille­douce rotative. Gravé par H. Cheffer, dentelé 13, son dessin est au format horizontal 36 x 22 mm. Il fut tiré à 4 500 000 exemplaires et retiré le 20 mars 1939. Il représente l’entrée du Port de La Rochelle, vue de la rade (l et 2).

En 1929, l’impression en taille-douce était un procédé tout à fait expérimental. Le timbre 10 F La Rochelle étant resté presque dix années en service, il n’est pas étonnant qu’il comporte de nombreux types à la fois de fabrication et de couleur. De ce fait, l’étude monographique de ce timbre s’avère particulièrement intéressante.

Le 10 F La Rochelle est catalogué sous les numéros 261 (Yvert et Cérès), 403 (Thiaude) et 29-05 (Marianne).

 Différents types du timbre 10 F La Rochelle

033 – Tirages spéciaux de démonstration : sépia non dentelé, chaudron non dentelé et chaudron dentelé

Il existe également des tirages spéciaux de démonstration. Ces timbres émis en brun-noir ou chaudron, dentelés et non dentelés n’appartiennent pas à la catégorie des non émis mais à celle des tirages spéciaux réservés pour des essais de nouveaux peignes de dentelures nécessaires à la disposition des feuilles adoptée pour l’impression par rotative (3).

 Description des différents tirages

MolettesType n°I1.

Barre supérieure du « E » de « poste » terminée par un petit trait vertical.

Filet intérieur du « 0 » de « 10 F » cassé en bas.

Emis en feuilles de 25 – poinçon nitruré – cylindre, monobloc de 75 timbres (3 x 25) qui donne 3 feuilles de vente de 25 avec coin daté.

04-054 et 5 – Coins datés à droite et à gauche

2 tirages : 22 au 27 mars 1929, coin daté à droite, (4).

2 tirages : 19 avril au 8 juin 1929, coin daté à gauche, (5).

Nuance du timbre : outremer.

Type n°II.

Le « E » de « poste » n’a pas de trait vertical.

Le bas du « 0 » de « 10 » F est variable selon les molettes.

On compte 3 molettes ayant donné des cylindres différents :

A – Molette 1.

Au bas du « 0 » de « 10 » F, les filets intérieur et extérieur sont cassés (4).C’est le type II des catalogues. En fait, il ne s’agit pas de types mais de molettes différentes. Il y a eu par ailleurs de nombreux états et retouches des cases de ce cylindre (5 états et 2 retouches).

Feuilles de 25, poinçons en acier trempé.

4 tirages : du 18 au 23-9-30 bleu outremer.

066 – Tirage du 29/9/30 au 7/10/30 outremer intense

077 – Tirage des 16 et 17/10/30, bleu outremer.

Du 29-9-30 au 7-10-30 outremer intense (6). Les 16 et 17-10-30 outremer (7).

088 – Tirage du 4/5/31, bleu gris

Le 4-5-31 bleu gris (8).

B – Molette 2.

Outremer vif – très rare, coté 95 000 F, est un essai de cylindre. A notre connaissance il n’y a eu que deux blocs de 25, non datés. Ce timbre est tout à fait caractérisé par sa nuance très vive ainsi que par les détails de son dessin qui semblent répétés comme une impression double.

Autres tirages

Au bas du « 0 » de « 10 » les lignes sont intactes : c’est le type III des catalogues. Il existe 4 états de molette.

099 – Tirage du 19/6 au 25/7/31, bleu-gris, bleu-verdâtre

Feuilles de 25, 8 tirages : tirage du 19-6 au 25-7-31 bleu gris – bleu verdâtre (9).

Tirage du 1-5-32 bleu. Tirage du 5-4-32 bleu foncé. Tirage du 19 au 24-l-35 outremer.

1010 – Tirage du 10 au 14/1/36, outremer

Tirage du 10 au 14-1-36 outremer (10). Du 13 et 14-2-36 outremer. Du II au 24-4-36 outremer intense.

1111 – Tirage du 4 au 18/5/36, bleu vif

Tirage du 4 au 18-5-36, bleu vif (11).

1212 – Variétés d’impression et de piquage

Il existe également dans ce type II – B Molette 2, un tirage papier huileux et des variétés de piquage et d’impression (12).

C- Molette 3

Le bas du « 0 » de « 10 » F est, là aussi intact (c’est toujours le type III des catalogues). Sur un exemplaire isolé, il est impossible de le différencier du timbre de la molette II. Il existe 4 états de molette. Le cylindre est fait de 3 coquilles de 50 empreintes et donne 3 feuilles de 50 timbres + coins datés.

13Molette 3, 1er tirage du 19/11/37 au 22/11/37, bleu outremer

Feuilles de 50 : 2 tirages : Tirage du 19 au 22-11-37 bleu outremer (13). Tirage du 25 au 28-2-38 bleu outremer.

Paru dans Le Monde des Philatélistes n° 453 – Juin 1991

 

La Rochelle
2 votes, 5.00 avg. rating (96% score)

Recent Comment

  1. Delage

    Bonjour Md,Mr,je me permet de vous envoyer ce mail,c’est pour savoir s’y vous êtes intéressé par l’achat de timbres postaux oblitere où pas
    Cordialement

Laisser un commentaire