Le 5 centimes Sage France, Monaco, Andorre, Période classique

01

Une vague de trois milliards de timbres
déferle sur la période classique : le 5 centimes Sage

Timbres magazine n°130 de janvier 2012

Deux teintes, deux types, soit quatre combinaisons. Voilà ce qui explique les quatre numéros dédiés au 5 centimes Sage dans nos catalogues. Et l’histoire pourrait s’arrêter là. Mais alors, comment justifie-t-on qu’un timbre aussi courant, imprimé à plusieurs milliards d’exemplaires, voie parfois ses cotes grimper si haut ? C’est tout le secret du timbre d’usage courant en philatélie : passant pour banal, il est parfois de grande rareté. Le 5 centimes Sage n’échappe pas à la règle.

Seul timbre d’usage courant français à être répertorié sous quatre numéros (63, 75, 102 et 106), le 5 centimes Sage a affranchi un nombre phénoménal de documents durant ses vingt-cinq années de bons et loyaux services, entre 1876 et 1900. Succédant au 5 centimes Cérès IIIe République, c’est une des seules valeurs au type Sage à ne pas avoir vu s’interrompre sa production. C’est ainsi que le tirage des quatre numéros dépasse les trois milliards d’exemplaires, distribués en France mais aussi dans les colonies, de même que l’ensemble de nos Bureaux Français à l’Etranger.

C’est dans la quantité que naît l’attrait philatélique, dans la mesure où les tirages ont été nombreux. Les réglages de couleur étant particulièrement complexes, difficile de reproduire teinte de base à l’identique, d’où les nombreuses nuances. Par ailleurs, à force de tirage, le matériel s’abîme. Il faut donc remplacer les planches d’impression, et c’est ainsi que naissent les différents types et sous-types. De plus, les difficultés de réglage entre l’impression de la couleur de fond et celle du timbre entrainent de nombreux décalages et rendent les exemplaires bien centrés plus rares.

Lire la suite 5cSageTM130

Le 5 centimes Sage
1 vote, 4.00 avg. rating (84% score)

Laisser un commentaire