Posta Tanzania Afrique, Outre-mer, Tanzanie

Une

L’Afrique orientale est peu connue des Français qui n’identifient pas spontanément la Tanzanie comme destination. Si Dar-es-Salam évoque peu, les images commencent à surgir avec Zanzibar : île d’Orient, ruelles telles des souks et plages à perte de vue… Pour les philatélistes, c’est une histoire postale de plus de 100 ans. Ils peuvent aussi découvrir la philatélie tanzanienne contemporaine, aux couleurs de ce pays.

 01a 01b1

02a 02b2

Longtemps, la Tanzanie a laissé la primauté au Kenya. Désormais, le pays se réapproprie des atouts touristiques qui, pour être frontalier, n’en sont pas moins pour l’essentiel, tanzaniens : le Kilimandjaro et le célèbre parc national du Serengeti où l’on peut à coup sûr voir les « big nine ». Ces animaux emblématiques se rencontrent aussi dans plusieurs réserves à travers le pays : lion, guépard, léopard, éléphant, rhinocéros, hippopotame, girafe, zèbre et buffle ; ainsi qu’une multitude de gazelles, singes, et oiseaux. La philatélie tanzanienne les honore régulièrement 1. Même si le braconnage demeure un danger, les principales espèces sont désormais protégées : le temps n’est plus aux trophées de chasse, mais aux safaris-photos. Evidemment, les touristes sont un peu déformés par les reportages animaliers réalisés au moyen de téléobjectifs démesurés, d’appareils automatiques, d’affûts interminables… il n’en reste pas moins magique en descendant du broussard de découvrir au-dessus de la savane la silhouette de girafes, de voir surgir des gazelles poursuivies par un félin bondissant au-dessus la piste, de croiser un troupeau d’éléphants ou de trouver un babouin dans son campement ! 2

L’actualité de la région, telle qu’elle est perçue d’Europe, inspire néanmoins une certaine crainte. L’Afrique de l’Est n’est pas épargnée par le terrorisme international : attentats de 1998 contre les ambassades des États-Unis au Kenya et en Tanzanie ou en septembre 2013, attaque d’un centre commercial à Nairobi. La bande frontalière entre la Tanzanie, le Burundi, le Rwanda et la République démocratique du Congo est déconseillée en raison de la présence potentielle de groupes armés.

Mythique Zanzibar

03a 03b3

04a 04b4

Sur la côte d’Afrique orientale, le commerce est actif depuis l’antiquité ; Ptolémée mentionne une île qui serait Zanzibar. Peu à peu, des populations africaines s’installent. Puis viennent les marchands arabes qui introduisent l’islam. Formée de ces divers apports, la population côtière prend le nom de Swahili, tiré du mot arabe signifiant voile de navire. Des villes prospèrent, dont Zanzibar. Vasco de Gama y fait escale en 1498. Les Portugais dominent la région pendant deux siècles avant d’être chassés par les Omanais qui capturent finalement Zanzibar en 1698 ; sur le site de l’église portugaise, ils construisent un fort. L’île devient la plaque tournante du commerce des esclaves, de l’ivoire et des épices. De son apogée, au XIXe siècle, datent ses principaux monuments ; ils sont régulièrement célébrés par les émissions philatéliques tanzaniennes 3 ainsi que ses boutres 4.

L’île établit des relations diplomatiques avec la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, la France et les Etats allemands. Les Britanniques interviennent dans les querelles dynastiques jusqu’à imposer leur protectorat en 1890.

Dar-es-Salam naît de l’initiative d’un sultan de Zanzibar qui décide en 1862 de créer un comptoir commercial sur le continent, là où il n’y avait que quelques pêcheurs ; soumis aux pressions des Occidentaux, il cherche aussi un refuge : son nom serait dérivé de Bandar as-salâm, havre de paix.

Un changement de règne interrompt le projet : le palais n’est jamais achevé et la ville peine à se structurer bien que sa population augmente.

05b05a5

066

077

A partir de 1885, les Allemands prennent le contrôle : sur le front de mer alternent les styles bavarois et néo-oriental : cathédrales luthérienne et catholique 5, bâtiments administratifs dont la poste qui subsiste quoique très altérée. 6 Bombardée dès 1914 par la Royal navy, la ville tombe en 1916 tandis que Britanniques et Belges du Congo poursuivent le combat en brousse contre les colonnes allemandes, ce que rappelle le monument aux Askaris. 7

En 1918, la colonie est partagée en plusieurs mandats : à la Belgique le Ruanda-Urundi, à la Grande-Bretagne le Tanganyika ; Dar es-Salaam est désormais éclipsée par Mombasa au Kenya. Cette complexité marque les premières décennies de la philatélie des espaces tanzaniens : émissions consulaires, allemandes puis britanniques. Mais c’est une autre histoire…

Le Tanganyika accède à l’indépendance en décembre 1961, sous la conduite de Julius Nyerere. Zanzibar devient indépendant en 1963, puis une révolution provoque la fuite du sultan. L’Acte d’Union de Zanzibar et du Tanganyika donne naissance à la République Unie de Tanzanie en avril 1964.

La Tanzanie se lance dans la construction d’un socialisme africain, connaît des relations difficiles avec ses voisins, envahit l’Ouganda, instaure en 1975 un régime à parti unique, se tourne vers la Chine maoïste, sombre dans la pauvreté et la corruption. En 1985, le président se retire. Le pays entre dans une phase de reconstruction économique et de démocratisation.

Encore aujourd’hui, la Tanzanie (45 millions d’habitants) est l’un des pays les plus pauvres de la planète : plus de la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté. Elle connaît pourtant un véritable éveil économique et urbain. Dar es-Salaam (4,5 millions d’habitants) est un port devant lequel des dizaines de navires sont en attente de chargement. La ville n’est pas une destination touristique, mais elle offre de confortables hôtels, deux musées de qualité, un dynamisme commercial, de sympathiques restaurants où se côtoient expatriés et tanzaniens aisés… Une élémentaire prudence s’impose comme dans tout pays du tiers-monde : éviter de prendre des taxis non-officiels même s’ils sont bon marché et préférer un véhicule connu de l’hôtel avec prix négocié à l’avance ; ne pas se promener seul dans les endroits isolés, en particulier sur les plages ou à pied la nuit… Mon séjour se déroule sans encombre : de petits pourboires facilitent la vie et récompensent les personnes prêtes à aider. Trouver un taxi, des billets de ferry, louer un avion pour se rendre dans un parc… tout est facile moyennant une commission.

Dar es-Salaam, c’est aussi le lieu de rencontrer la philatélie tanzanienne contemporaine.

A première vue, il n’existe pas de marchands de timbres. C’est tout juste si les quelques librairies et les boutiques de souvenirs proposent des pochettes. De 1935 à 1977, les postes du Kenya, de l’Ouganda et de la Tanzanie forment un ensemble dont les timbres peuvent être utilisés indistinctement ; chacun n’émet qu’un nombre très limité de séries commémoratives.

Après la rupture de cette union, le service est repris par la Tanzania Posts and Telecommunications Corporation de 1978 à 1994, période marquée par une explosion des émissions destinées au marché philatélique mondial et quelques scandales.

Une production philatélique plus raisonnable

08a 08b8

09a 09b 09c9

10b10

10a 11a 11b11

  La Tanzania Posts corporation (TPC) ou Posta 8 est créée en 1994 dans le cadre des efforts de redressement. Il faut donc aller à Posta House, son siège ; passé le poste de police surpris de voir un étranger venir sans rendez-vous dans ce bâtiment administratif, des fresques célèbrent les divers moyens d’acheminement du courrier et le Tanzania Stamp Bureau ouvre sa porte. 10 L’hôtesse offre un accueil prévenant et présente tout ce dont elle dispose, en particulier la plupart des premiers jours depuis 1993. 11 Le programme philatélique semble devenir plus raisonnable. En 2012, par exemple, les dix émissions portaient sur la culture matérielle, les papillons d’Afrique, les jeux olympiques de Londres, les oiseaux de Tanzanie, les monuments de Zanzibar, Muhamad Ali, le Zodiac, l’anniversaire du pape Benoît XVI et Abraham Lincoln. La première émission 2013 était l’élection du pape François, sujet somme toute légitime dans un pays aux deux-tiers chrétiens. Le programme 2014 comporte : 12 janvier, commémoration du 50e anniversaire de la révolution de Zanzibar : 3 valeurs (600, 700 et 1 000 shillings) dont le tirage indicatif est de 400 000, deux mini-feuillets et un bloc (30 000) ainsi qu’une enveloppe premier jour (1 000) ; 25 mars, animaux marins ; 25 juin, 10e anniversaire de la TPC ; 20 septembre : sites du patrimoine tanzanien ; 27 novembre, art contemporain, Tingatinga ; 27 décembre, danses traditionnelles.

La TPC s’efforce d’assurer la présence postale la plus large sur le territoire tanzanien en se concentrant au niveau des 169 districts (wilaya). Dans les centres ruraux, particulièrement là où sont situés des écoles, des centres de recherche ou des coopératives, la TPC agrée 90 agences franchisées offrant à peu près tous les services à l’exclusion de ceux relevant de la Tanzania Postal Bank ; ailleurs, 140 correspondants ruraux, la plupart du temps des commerçants ou des directeurs d’école, offrent les services de base. Pour autant, 80% de la population n’a pas accès au service postal. Qui plus est, l’adressage insuffisant complique la distribution et la Posta peine à rattraper l’insuffisance d’investissements passée. Néanmoins, de 1994 à 2011, la TPC a connu 9 années de petits bénéfices. Le gouvernement tanzanien s’efforce de compenser ces contraintes à travers un fonds pour l’accès universel aux moyens de communications et un plan de généralisation des adresses et du code postal afin de soutenir l’activité économique.

12a12b12c12

13a 13b 13c13

La poste centrale de Dar es-Salaam située à City Square, Haile Selassie avenue, compte sept annexes : Moi Avenue, Tom Mboya, Tanzaniatta International Conference Centre, Westlands, Parklands, Sarit Centre dans Westlands, Muthaiga Shopping Centre et à la délégation des Nations-unies. La poste centrale dispose d’une longue salle des guichets proposant les divers services. 12 Un bureau philatélique, qui fait également papeterie 13 propose les blocs émis depuis 1994 : des sujets destinés au marché international (Elvis Presley, vieilles voitures, avions, famille royale britannique…) mais aussi représentatifs de la vie tanzanienne. Pour consulter les différentes pochettes, cartons et boîtes puis remplir le bordereau et la facture, on me fait gentiment passer derrière le guichet et m’installer dans un salon.

14a 14b 14c14

Des timbres en feuille sont aussi proposés : l’occasion par les mentions imprimées dans les marges de déterminer les fournisseurs : l’imprimerie d’Etat autrichienne (OSD), Enschede Holland ou The House of Questa. 14

1515

16a 16b16

17a 17b17

Le bureau philatélique dispose de sa propre oblitération. 15 Par contre, les guichets refusent de tamponner tout pli qui n’est pas effectivement posté : le courrier envoyé en France y parvient dans les 8 jours. Expédier un recommandé vers l’étranger suppose de se soumettre à un contrôle : il faut se rendre à un guichet annexe situé dans la cour des messageries. 16 Là, le pli ouvert doit être soumis, comme les colis, à l’examen de la douane qui après fermeture appose ses cachets sur le rabat ; il y a un peu d’attente car le même agent contrôle les colis à l’arrivée. Ce n’est qu’ensuite que l’envoi peut être fait du comptoir des recommandés internationaux : un reçu imprimé en liasse reprend les coordonnées de l’expéditeur et du destinataire, ainsi que le détail des droits acquittés : le blanc est remis à l’expéditeur, le rose est collé à la glue sur l’enveloppe 17 et le jaune conservé par le service.

1818

1919

2020

2121

Les boîtes aux lettres conservent la couleur rouge et parfois l’aspect des modèles britanniques : quelques exemples à l’aéroport de Dar es-Salaam 18 et de Zanzibar 19, dans une supérette 20 et à la poste centrale 21. La TPC propose aussi un service de messagerie pour les lettres et les paquets urgents en ville, appelé « City Urgent mail » (CUM), et un service de courrier express vers quinze destinations au départ de Dar es-Salaam et vice-et-versa.

Reçue à un guichet particulier, la lettre à tarif spécial est expédiée par les moyens les plus rapides avec une garantie de distribution par le facteur le lendemain (ou le 1er jour ouvrable suivant) ; moyennant une taxe supplémentaire, elle peut être remise par porteur spécial. En dehors des grands axes, la poste est confrontée à l’immensité du pays et à la médiocrité des voies de communication.

22a 22b 22c 22d22

23a 23b 23c 23d23

Zanzibar est reliée en 25 minutes par avion ou en 1 heure 30 par ferry rapide. L’île est largement tournée vers le tourisme. Dans Stone Town qui concentre les principaux monuments, chez les marchands de souvenirs, au milieu de productions stéréotypées, se cachent de belles choses : sculptures, maquettes de boutres, peintures… Et au-delà, il y a les ruelles où se pressent échoppes de tailleurs, officines de médecines traditionnelles, bazars en tout genre. 22 Au détour, on tombe sur le bureau de poste historique de Shangani : une plaque rappelle que jusqu’à l’établissement du protectorat, les consulats français, allemand et britannique entretenaient chacun leur service postal. Ensuite, l’administration coloniale a fait édifier ce bureau en 1907, dans le style des constructions réalisées aux Indes. 23 On y trouve également un guichet philatélique (un troisième est à Arusha, porte du Kilimandjaro et des grands parcs). Le soir, il est agréable de déambuler sur le front de mer, entre les brochettes du marché et les restaurants de charme installés jusque sur les plages.

2424

2525

2626

Pourtant, depuis la fin de 2008 les pirates venus des côtes somaliennes ont étendu leur activité à l’Ouest vers les Seychelles et au Sud vers le canal du Mozambique. Le long des côtes, ils menacent les grandes routes maritimes et le cabotage à destination ou en provenance de Dar es-Salaam ou Mombasa. De nombreux bateaux de diverses nationalités y ont fait l’objet d’attaques violentes depuis septembre 2010 : navires de commerce et de pêche ou bateaux de plaisance, dont des voiliers, particulièrement lents et vulnérables. Cette situation a conduit les grandes puissances commerciales et maritimes à réagir. Le centre pour la sécurité maritime (corne de l’Afrique) de l’European Union Naval Force (EUNAVFOR) coordonne la sécurité de la navigation, tandis que des navires de guerre et des avions de patrouille maritimes européens mais aussi chinois, japonais, américains ou indiens pourchassent les pirates : en ce début janvier, se succèdent à Dar-es-Salaam le navire de la marine indienne Jamuna 24, la frégate italienne Carlo Bergamini 25 et le français Siroco 26, navire amiral de la force européenne « Atalante ». En conséquence, la piraterie connaît une accalmie apparente dans l’Océan Indien ; mais les groupes de pirates utilisent désormais des bateaux plus endurants qui déploient au large de petites vedettes rapides et fortement armées de fusils d’assaut ou de lance-roquettes. L’objectif des pirates est de prendre le contrôle du navire attaqué pour s’approprier sa cargaison et surtout négocier une rançon. D’ailleurs, peu après avoir quitté la Tanzanie, le 18 janvier 2014, suite à l’attaque d’un pétrolier dans le golfe d’Aden, le Siroco, en coopération avec un avion japonais, a capturé un boutre et cinq pirates. A noter que les marines internationales font confiance à la poste tanzanienne pour acheminer leurs dépêches de poste navale, en toute fiabilité.

 

Gabriel Marini

 

Posta Tanzania
1 vote, 5.00 avg. rating (94% score)

Laisser un commentaire