Pierre Fauchard, le père de la dentisterie moderne Autres spécialités, Thématiques

Une

En 1961, le bicentenaire de la mort de Pierre Fauchard a donné l’occasion à la Poste française d’honorer celui que l’on nomme le « père de la dentisterie » par l’émission d’un timbre, seul et unique timbre de thématique dentaire publié à ce jour en France. Ces pages montrent les diverses facettes de la création de ce timbre.

L’ouvrage de Pierre Fauchard Le Chirurgien-dentiste, ou Traité des dents, paru en 1728 est considéré comme marquant le début de l’odontologie moderne. Pierre Fauchard n’y décrit pas simplement l’anatomie dentaire, mais également des techniques d’intervention sur les différentes pathologies, et y présente les instruments qu’il a conçus.

La toute première apparition philatélique de l’effigie de Pierre Fauchard se trouve sur une vignette sans valeur postale publiée à l’occasion de la Semaine odontologique lors du 39e Congrès dentaire à Paris en 1929. Le buste du chirurgien-dentiste est, par ailleurs, présent dans beaucoup de manifestations de la profession dentaire. Aux Etats-Unis, il a également donné son nom à une académie internationale (Pierre Fauchard Academy, à Logan) et à un musée (The Pierre Fauchard Museum of Dental History, Nevada).

011

Le 23 juillet 1950, une effigie de Pierre Fauchard est utilisée pour un cachet postal. 1

Cette oblitération fut utilisée à l’occasion du 50e anniversaire de la Fédération dentaire internationale (FDI), créée à Paris le 15 août 1900, par Charles Godon, doyen de l’École dentaire de Paris. Ce jour-là cinq autres chirurgiens-dentistes étaient présents : Florestan Aguilar, de Madrid, George Cunningham de Cambridge, Elof Förberg de Stockholm, A W Harlan de Chicago et E Sauvez de Paris.

Ces hommes, ainsi que les Dr Grevers (Pays-Bas), Hesse (Allemagne) et Pichler (Autriche) avaient été élus par le 3e Congrès dentaire international, pour former le premier conseil exécutif d’un organisme qui deviendra la Fédération dentaire internationale. Ce comité a ensuite élu le Dr Godon président et le Dr Sauvez, secrétaire général, deux fonctions que ces deux hommes occupaient au Congrès.

En 1960, se crée un Comité national du bicentenaire de Pierre Fauchard, sous le patronage commun du Conseil national de l’ordre des chirurgiens-dentistes, de la Confédération nationale des syndicats dentaires et de l’Académie nationale de chirurgie dentaire. Ce comité a nommé Max Filderman secrétaire général.

Genèse du timbre-poste

En mai 1960, le chirurgien-dentiste Michel Jamot, également député de Seine-et-Oise, conseiller général, et maire de Mesnil-le-Roi, sollicité par le Comité, écrit une lettre à Michel Maurice-Bokanowski, ministre des P.T.T., pour lui demander de soutenir l’émission d’un timbre à l’effigie de Pierre Fauchard, à l’occasion de la célébration, les 1er et 2 juillet 1961, du bicentenaire de sa mort. Afin d’appuyer sa demande, il précise : « J’espère que vous pourrez prendre en considération cette demande, surtout à une période où ma profession est si peu ménagée par le Ministère de la Santé ». Déjà en 1960 !

Afin de soutenir cette proposition, Raymond Warnault, chef de clinique et chargé de cours à l’École dentaire de France, joint à cette première lettre une longue note concernant la vie et l’œuvre de Pierre Fauchard. Il termine cette note par les termes suivants : « Il sollicite de Monsieur le Ministre des Postes et Télécommunication l’honneur d’un timbre à l’effigie de ce grand Français qui a fait et fera encore beaucoup pour la gloire de la France dans le monde ».

Mais, dans les années 1960 comme de nos jours l’émission d’un timbre-poste n’est pas chose facile. Une commission consultative des timbres-poste sélectionne 40 à 50 sujets parmi les sollicitations présentées. Le choix final est fait par le ministre des P.T.T., celles qui seront retenues pour l’émission dans le courant de l’année suivante.

Dans sa réponse le 21 juillet 1960, le ministre écrit : « Je suis, pour ma part, très favorable à l’idée de vulgarisation par un timbre-poste, les mérites de ce Français, trop souvent encore sans doute ignoré de nos contemporains et c’est très volontiers que j’envisagerai de procéder à l’émission sollicitée. » Ce qui est déjà une très bonne avancée pour ce projet.

Le 21 novembre 1960, Max Filderman, ayant été informé de l’acceptation de l’émission d’un timbre commémoratif de la mort du chirurgien-dentiste, envoie une lettre de remerciement au ministre pour ces marques d’intérêt pour la profession dentaire. Il écrit : « L’émission du timbre Fauchard sera ressentie comme un événement des plus heureux, non seulement par les chirurgiens-dentistes français, mais par leurs confrères du monde entier qui professent la plus vive admiration pour notre grand précurseur. Elle nous permettra d’attirer enfin l’attention du grand public, qui l’ignore complètement, sur les mérites de ce grand Français qui a rendu à l’humanité des services inestimables. »

Dans une seconde lettre adressée au ministre, le 5 janvier 1961, Max Filderman demande l’autorisation d’organiser une émission Premier jour du timbre à Paris, ainsi que l’ouverture d’un bureau de poste temporaire dans les locaux de l’École odontologique de Paris, au 5, rue Garancière, dans le Ve arrondissement où se tiendront les deux journées du bicentenaire.

Une note manuscrite du ministre apposée sur cette lettre indique de « répondre favorablement étant donné que l’on ne connaît pas le lieu de naissance ». Il demande aussi que soit créée une flamme postale d’oblitération à imprimer sur les envois postaux.

Un peu d’histoire

Avec la publication de l’ouvrage de Pierre Fauchard Le Chirurgien-Dentiste, ou le Traité des dents, la dentisterie est devenue une branche scientifique à part de la médecine.

Le XVIIIe siècle, siècle des Lumières et de la raison, constitue une étape capitale dans l’évolution de l’art dentaire. C’est la coexistence, pas toujours pacifique, entre l’empirisme du passé et l’avènement des sciences exactes, dans lequel s’illustre Pierre Fauchard. Dans son Traité, il déplore l’absence totale d’un enseignement permettant aux praticiens de connaître et de dominer leurs techniques. Son ouvrage aura un important retentissement et sera réédité à trois reprises, en 1746 et en 1786. Il parut aussi en 1933 en Allemagne. Dans les deux volumes, il expose l’ensemble des connaissances de son époque et identifie des spécialités qui n’étaient pas encore définies.

En 1941, un praticien américain, le Dr Weinberger a écrit : « Ce livre a fait de la dentisterie une profession ». Cet esprit brillant suscita l’émulation et a eu de nombreux disciples.

La création du timbre

02 2

033

C’est Albert Decaris (1901-1988) qui est retenu pour la création de ce timbre commémoratif 2. Il se basera pour ce travail sur le portrait de Pierre Fauchard réalisée par Le Bel, portrait que l’on retrouve en frontispice dans les trois éditions de l’ouvrage.3

L’artiste exécutera une maquette qui sera retenue le 2 février 1961 par les services postaux, et ensuite il en fera une gravure, qui est travaillée à l’envers, par une vue au travers d’un miroir, dont les dentistes connaissent bien l’usage.

Les maquettes se situent au début du processus de fabrication du timbre, suivies de près par les tirages d’épreuves. Les maquettes se présentent généralement comme des dessins à l’encre de Chine ou au crayon.

Une observation comparative du tableau originel et du dessin de Decaris, qui donne une impression de modernisme, montre des différences assez subtiles, dont celles-ci :
– sur le livre que tient Fauchard, le graveur a ajouté le titre « LE CHIRURGIEN DENTISTE »,
– une bibliothèque est apparue en arrière-plan,
– le visage du dentiste est un peu plus carré, avec des yeux plus ouverts et un sourire plus marqué,
– dans la perruque, les boucles sont mieux marquées, plus régulières
– on ne voit que quatre doigts sur la main droite et sur celle de gauche, les doigts sont plus allongés avec disparition de la bague à l’annulaire,
– le poignet gauche est plus visible,
– le col de la chemise est plus fermé et le graveur a ajouté quatre boutons,
– Decaris a placé sa signature en vertical sous le mot « POSTE ».

054

Une fois la maquette acceptée, il est procédé à la fabrication de la gravure au burin 4.

L’émission du timbre

C’est finalement, à l’occasion des deux journées des 1er et 2 juillet 1961 consacrées au Bicentenaire de Pierre Fauchard que ce timbre verra le jour. Ce Congrès est placé sous le haut patronage des ministres de la Santé publique et de la Population, des Affaires étrangères, des Postes et Télécommunication, et de l’éducation nationale, et sous la Présidence d’honneur de Georges Duhamel, de l’Académie Française.

Un bureau de poste temporaire pour la vente Premier Jour du timbre Fauchard et des cartes spéciales éditées par le Comité est installé dans les locaux de l’École odontologique de Paris. Dans le programme il est précisé que les « Congressistes pourront faire leur correspondance et la faire affranchir ».

06a5

La poste émet aussi des notices explicatives 5 pour chaque timbre avec une impression du timbre-poste. Il ne s’agit pas du document officiel avec timbre-poste et cachet Premier jour, car celui-ci est apparu seulement en 1974.

A cette occasion également, un fac-similé de la deuxième édition du célèbre ouvrage de Fauchard, paru en 1746, et introuvable, est édité par Julien Prélat, éditeur à Paris.

Le tarif de 0,50 F correspond à une lettre au 1er échelon de poids (20 grammes) pour l’étranger (tarif du 6 janvier 1959), soit le double du tarif intérieur en France.

076

Cet affranchissement ne va malheureusement pas permettre la diffusion souhaitée en France 6.

Cependant, en 1963, le ministre des Postes et Télécommunication reçoit une requête émanant de l’Association des anciens élèves de l’École dentaire de l’Université Temple de Philadelphie (Etats-Unis) qui souhaite acheter dix mille timbres sur enveloppes avec le cachet de la Poste de Paris et la mention « Centenaire de l’École dentaire de Philadelphie ». Il ne nous a pas été possible de connaître la suite de cette demande.

Les épreuves

Avant de passer au choix définitif de la teinte d’un timbre, des essais de couleur sont réalisés à l’imprimerie. Ils se présentent généralement sur du papier non gommé (ou exceptionnellement sur du carton), et sont le plus souvent non dentelés, même lorsqu’ils se rapportent à de futurs timbres dentelés. Pour les essais des timbres imprimés en feuilles, il s’agit en réalité d’essais de couleurs.

Le choix définitif se fera finalement le 11 avril 1961 avec un mélange de trois teintes de base : noire, bistre et vert, avec bon à tirer et signature.

087

Cette épreuve est conservée au Musée de La Poste, à Paris. 7

098

119

Il existe aussi des enveloppes Premier jour avec le timbre Pierre fauchard. Ce sont des enveloppes produites en grande quantité pour les bureaux temporaires ouverts lors des ventes anticipées. 8 et 9

1010

Le timbre, l’oblitération et l’illustration originale seront en concordance également. Il s’agit de production privée. Et l’enveloppe éditée par l’École odontologique de Paris. 10

En 1967, à l’occasion du XIVe Congrès dentaire mondial de la Fédération dentaire internationale (FDI) qui s’est tenu à Paris du 7 au 13 juillet, la firme allemande Siemens a édité un carton avec un timbre du fondateur de la société, Werner von Siemens (édité en Allemagne en 1966) et celui de Fauchard.

Des timbres fiscaux au Liban !

1211

1312

1413

1514

Des timbres fiscaux 11 et 12, avec l’effigie de Pierre Fauchard, ont été édités, et ce afin de mieux cibler fiscalement la profession médicale, les patients reçoivent une prescription sur laquelle un timbre est appliqué, dont la valeur est reversée à l’association. D’autres timbres fiscaux 13 ont encore été émis au Liban en 1961,1966, 1967 et 1970.
Ici une série de dix timbres fiscaux de 5, 10 et 25 P.L. avec les portraits d’Hippocrate, à gauche et d’Avicenne (Ibn Sina), à droite. Et une ordonnance 14 avec des timbres fiscaux.

1615

Nous avons trouvé tout récemment cette carte postale éditée en Roumanie, avec une figure de l’effigie de Fauchard, reprise de son ouvrage. 15

 

Docteur Henri Aronis
Diplômé de la Faculté de médecine de Bruxelles

http://timbreetdent.free.fr

Pierre Fauchard, le père de la dentisterie moderne
1 vote, 5.00 avg. rating (94% score)

Laisser un commentaire