Slide-VA

il y a 4 semaines

Le quartz Autres spécialités, Thématiques

Une

Ses cristaux typiques font de lui le minéral le plus représenté en philatélie. Ses couleurs peuvent être aussi variées que son aspect, qui lui vaut les surnoms curieux d’œil de chat ou de cheveux de Vénus.

0102-0304

Le quartz est le minéral le plus représenté en philatélie. Une foule de documents géophilatéliques permet de tout connaître sur ce minéral (1 à 4).

Plus dur que l’acier (dureté 7 dans l’échelle de Mohs ; densité 2,6) il est sans doute l’espèce minéralogique la plus répandue dans l’écorce terrestre. Le quartz est la forme la plus répandue de silice anhydre cristallisée et peut être considéré comme l’un des minéraux symptomatiques des roches saturées. On le trouvera donc indifféremment dans les roches éruptives et métamorphiques, riches en silice. De plus, comme le quartz est l’un des minéraux les plus durs et comme il est aussi parmi les plus stables, il se trouve tout naturellement concentré dans les détritus constitués par les agents d ‘érosion. C’est l’élément essentiel des roches sédimentaires détritiques : sables et grès. On rencontre aussi ce minéral en filons ou en remplissage de cavités ou géodes; c’est là qu’il forme les plus beaux cristaux.

 Des utilisations en radio et télévision

05La forme typique des cristaux de quartz, qui peuvent atteindre plusieurs mètres de longueurs dans certaines pegmatites, est celle d ‘un prisme hexagonal à extrémités pyramidales (5). Ils se cassent facilement, avec une cassure conchoïdale dans laquelle l’éclat est gras, tandis que la surface a un éclat vitreux. Sa poussière est blanche.

Lorsque sur des cristaux de quartz sans défaut on applique une pression exactement dirigée selon leur axe, il apparaît aux deux extrémités des charges électriques opposées ; cette propriété permet de les utiliser en radio, télévision, radar. Chimiquement pur, le quartz est utilisé en optique ; un peu moins pur, il sert dans la verrerie.

La coloration du quartz est aussi variable que ses formes cristallines. Parfois incolore (cristal de roche), il se présente le plus souvent nuancé de teintes évoluant du blanc au brun ou noirâtre. Ces colorations sont dues à des traces de divers éléments (manganèse, fer, nickel) ou à l’effet de la radioactivité (cas du quartz fumé). Certaines teintes s’accentuent ou disparaissent quand le quartz est chauffé. Dans certains cristaux de quartz, enfin, des bulles d ‘air ou des inclusions d ‘autres minéraux offrent des effets variés, souvent curieux : les fibres d ‘asbeste donnent la variété à reflet chatoyant appelée œil de chat ou œil de tigre ; les fins cristaux de rutile, en baguette, sont couramment appelés cheveux de Vénus ; la pyrolusite y forme des dentrites (quartz moussu).

06Le quartz rose apparaît en masses cristallines, rarement en cristaux individualisés. Sa couleur est due à des traces de manganèse. Dans une variété rare utilisée comme gemme, la lumière est renvoyée selon les branches d ‘une étoile (6).

Le quartz bleu est une variété très rare de ce minéral liée vraisemblablement à des inclusions de rutile.

07Le quartz citrine, appelé à tort fausse topaze, se rencontre dans certains gisements du Brésil et peut donner des gemmes. La couleur jaune est due à des traces d’hydroxyde ferrique colloïdal (7).

08-09L’améthyste doit sa couleur violette à des traces d’ions ferriques. Très appréciée dans l’Antiquité, ses plus beaux spécimens provenaient de Sibérie jusqu’au moment où l ‘on a découvert les importants gisements du Brésil, qui l’ont dévalorisée. On lui attribuait la vertu de préserver de l’ivresse (8 et 9).

10Le quartz fumé peut être de couleur variant du jaunâtre au brun noirâtre (10).

Le quartz laiteux est une forme cristalline courante du quartz plus ou moins translucide et parfois opaque, qui se rencontre en filons.

La calcédoine est la forme la plus courante de la silice microcristalline. Dépourvue de formes géométriques, elle se présente toujours en masses compactes qui peuvent être rayonnées, mamelonnées ou concrétion nées. Au microscope, on distingue des fibres perpendiculaires à la surface de ses concrétions, qui sont des cristaux microscopiques.

Elle est généralement de couleur blanche, grise ou brune, plus ou moins foncée. La cassure conchoïdale est très différente de celle du quartz par son éclat terne et sa nature écailleuse. La calcédoine est un minéral très courant, d ‘origine secondaire, qui se forme au dépend du quartz sous l’action des eaux superficielles.

11Les agates sont des calcédoines zonées, formées par la succession de couches de couleurs différentes (11).

Les onyx sont des agates dans lesquelles les couches alternativement blanches et noires sont planes. Ils servent à confectionner les bijoux appelés camées.

12La chrysoprase est une calcédoine de couleur verte translucide. Sa coloration est due à un oxyde de nickel (12).

13Le jaspe est une forme dense, de couleur rouge, brune ou jaune, qui peut être également rubanée (13).

14La cornaline est une variété translucide, rouge ou brun clair, couleur due à des traces de fer (14).

L’opale, un quartz secondaire

Les silex sont des mélanges de calcédoine et d’opale, cette dernière pouvant également être présente dans les formes mentionnées ci-dessus. Les silex se rencontrent uniquement dans les roches sédimentaires, parfois en nodules dans la craie. Plus résistants et plus opaques que la calcédoine, ils se cassent en éclats plus ou moins aigus. Lorsqu’ils sont plus ou moins purs, les silex prennent alors le nom de cherts, phtanites ou cornéennes.

L’opale est une silice hydratée, non cristallisée, qui contient en général de 3 à 9 % d’eau. Elle est très répandue dans la nature et elle forme les squelettes ou carapaces des diatomées et de bon nombre d’organismes vivants. Elle peut se former aussi à l’émergence des sources chaudes. C’est toujours un minéral secondaire.

De dureté 5,5 à 6, de densité 2,1, son éclat est vitreux, nacré ou résineux. D’un blanc laiteux, plus ou moins translucide, elle est souvent nuancée de jaune ou de rouge. Ses variétés nobles d’Australie sont des gemmes translucides qui réfléchissent la lumière en une multitude de rayons monochromatiques car elles possèdent de fines lamelles courbes, internes, qui jouent le rôle de prismes.

La hyalite est une opale claire, parfois translucide ou blanche, qui peut former des croûtes sur certaines roches.

La geysérite se forme au griffon des geysers et des sources thermales chaudes.

Paru dans Le Monde des Philatélistes n° 476 – Juillet-Août 1993.

 

 

Le quartz
1 vote, 5.00 avg. rating (94% score)

Laisser un commentaire