Cheffer superstar (III) France, Monaco, Andorre, Sujets généraux

Une

Henry Cheffer ne cesse de dessiner des timbres… La Marianne qui porte son nom verra même le jour près de dix ans après sa mort !

Les années timbres

A partir de 1936 et jusqu’à sa disparition en 1957, Cheffer ne cessa plus de créer des timbres pour la France. Sans prétendre être complets, nous présenterons ce que nous connaissons, dans les collections privées (le plus souvent) ou parfois au Musée de la Poste. Il existe bien entendu encore beaucoup de pièces à découvrir.

 

1936

Vimy-monument canadien.

Timbres émis à la gloire des soldats canadiens morts pendant la première guerre mondiale. Le monument, dû à l’architecte canadien Walter S. Allward, s’élève à quelques kilomètres au nord d’Arras. Il est situé sur un terrain de 92 hectares, don de la nation française au peuple canadien. Le monument fut dévoilé le 26 juillet 1936 par le roi d’Angleterre Edouard VIII. Cheffer s’est probablement inspiré pour son dessin de photographies de A. Vigneau. Ces dernières ont par ailleurs servi à illustrer une série de dix entiers officiels émis en même temps que les timbres.

011

– Photo de A. Vigneau de l’ensemble du monument (1).

022

– Esquisses du monument vu sous différents angles (2).

033

– Esquisse à l’encre (3).

044

– Esquisse à l’encre et à l’aquarelle avec mise en place des légendes (4).

055

– Esquisse de la maquette au crayon sur papier calque (5).

066

077

– Timbres définitifs à 75 cet 1,50 F émis le 26 juillet 1937 (6 et 7).

 

Exposition internationale Paris 1937

088

099

Un concours fut organisé par la direction générale des Beaux-Arts pour trouver la meilleure maquette pour célébrer l’Exposition internationale qui devait se dérouler à Paris en 1937. Cheffer présenta deux maquettes qui furent refusées (8 et 9). Les timbres choisis furent ceux de Galanis émis le 15 septembre 1936.

 

Pour les chômeurs intellectuels : Berlioz

Un timbre à 50 c + 10 c au type Hector Berlioz fut commandé à Cheffer.

1010

– Esquisse de profil (10).

1111

1212

– Deux esquisses de face (11 et 12).

1313

– Maquette de face (13).

1414

Pour une raison que nous ignorons, le timbre définitif fut exécuté par Ouvré avec une faciale de 40 c + 10 c et émis le 16 novembre 1936. (14.) Le projet de Cheffer reste non émis.

 

1937

Mermoz

Le célèbre pilote Mermoz venait de mourir quelques mois auparavant. Deux timbres furent émis en sa mémoire dès 1937.

1515

– Esquisse chiffrée à 50 c (15).

1616

– Timbre émis à 30 c le 22 avril 1937. (16.)

 

Descartes

Tous les collectionneurs français savent que ce timbre fut à l’origine d’un énorme scandale. Emis le 24 mai 1937, la France entière ne fut pas longue à s’apercevoir que le titre du célèbre livre de Descartes était incorrect. Le titre qui figurait sur le timbre « Discours sur la méthode » était faux. Le ministre des Postes, pour éviter la spéculation, fit faire, un tirage du timbre avec le titre exact (« Discours de la méthode ») presque aussi important que celui au titre inexact.

17-1917 à 19

Le « Discours sur la méthode » fut tiré à 5,3 millions d’exemplaires du 28.5.37 au 26.4.37 (17). Le « Discours de la méthode » fut tiré à 4,5 millions d’exemplaires du 28.5.37 au 14.6.37 (18) et émis le 10 juin 1937. Les deux timbres furent vendus en même temps. La Poste n’avait pas évité le ridicule mais elle avait évité la spéculation. Il semble bien, d’après l’esquisse à 75 c que nous connaissons, que l’erreur soit due à Cheffer (19). La Poste cependant ne semble pas lui en avoir tenu rigueur puisqu’il continue à produire de nombreux timbres.

 

Pour les chômeurs intellectuels : Rodin

Confier à Cheffer le timbre sur Rodin allait de soi puisque nous savons qu’ils étaient cousins.

20-2120 et 21

– Esquisses au crayon su r calque (20 et 21).

2222

– Timbre définitif émis le 16 mars 1937. (22).

Un timbre identique avec faciale à 1 F + 10 c est paru en 1938.

 

Aide aux enfants de chômeurs

2323

Timbre non émis probablement en 1937 ou 1938 d’après la faciale à 65 c. Nous connaissons une maquette (23).

 

150e anniversaire de la Constitution américaine (24)

2424

La maquette que nous connaissons présentée par Cheffer ne fut pas retenue. Ce fut la maquette de Barlangue qui fut acceptée. Timbre émis Je 17 septembre 1937.

 

1938

Léon Gambetta

25-2625 et 26

Pour le centenaire de sa naissance, on décida de commémorer le chef du gouvernement provisoire de 1870. Cheffer prépara deux maquettes (25 et 26). La mention 1838-1938 marque bien le centenaire. Le timbre définitif fut commandé à Delzers avec faciale à 55 c et avec les dates de naissance et de mort de Gambetta (1838-1 882). Timbre émis le 2 avril1938.

Mineurs

27-2927 à 29

Un 35 c représentant des mineurs fut commandé à Cheffer. Nous connaissons des esquisses avec encre de Chine et aquarelle sur calque (27). La deuxième phase fut une esquisse de maquette avec faciale à 35 c et légende « Mineurs du Nord » au crayon sur calque (28). Le timbre définitif fut émis à 2,15 F pour la lettre recommandée pour l’intérieur (29). Emis le 20 avril1938.

Saint-Malo

30-3130 et 31

Vue du port de Saint-Malo. La maquette du timbre est conservée au Musée de la Poste (30). Le timbre fut émis le 16 mai 1938. (31.)

 

La Champenoise (32)

3232

Maquette non retenue de Cheffer. C’est celle de A. Spitz qui servit au timbre définitif avec une légende un peu différente (Champagne). Emis le 13 juin 1938.

 

Visite des souverains britanniques

Nous avons vu qu’en 1936 c’était Edouard VIII, roi d’Angleterre, qui avait dévoilé le monument aux Canadiens de Vimy. Il l’avait fait durant son court règne de onze mois. Depuis, désirant épouser une Américaine divorcée, il avait dû pour cela abdiquer. Cette abdication avait été accueillie avec plaisir en France car on connaissait les sentiments pro-nazis du roi. Le nouveau roi, George VI, était beaucoup plus francophile et sa réception en France en 1938 fut un événement national. Le roi et son épouse allèrent de fête en fête, d’inauguration en inauguration, l’entente cordiale était enfin retrouvée. Pourtant tout avait mal commencé. A la date prévue pour le voyage, le 28 juin 1938, la mère de la reine mourut. Ce voyage fut retardé au 19 juillet 1938 et, malgré ce contretemps, il fut un triomphe pour les nouveaux souverains. Un timbre fut émis pour l’occasion.

3333

– Epreuve d’artiste en noir signée Cheffer (33).

3434

– Timbre émis le 19 juillet 1938 malgré la date portée sur le timbre: 28 juin 1938 (34).

 

Monument australien de Villers Bretonneux

Monument dédié aux soldats australiens morts pendant la guerre de 1914-1918 et dévoilé par le roi George VI le 22 juillet 1938 lors de sa visite en France. Il s’agit d’une série de 10 entiers officiels, illustrés de vues diverses du monument. Cinq cartes sont affranchies à 55 c vert et cinq à 1 F carmin. Elles sont imprimées en photogravure par l’imprimerie Crété, à Paris. On a repris pour les vignettes un dessin un peu modifié du timbre de la visite des souverains britanniques.

3535

– 55 c brun violacé de l’épreuve de luxe (35).

3636

– 1 F carmin (36).

3737

– Recto de la carte postale à 55 c avec oblitération spéciale premier jour mécanique (37).

 

Départ de La Fayette à bord de la Victoire

Ce timbre est au recto d’une série de 10 cartes illustrant le mémorial américain de la pointe de Grave. Ce mémorial est dédié aux soldats américains morts en France pendant la guerre de 1914-1918. Cinq cartes sont affranchies à 55 c bleu et cinq à 1 F rouge. Le monument a été dévoilé le 4 septembre 1938.

3838

– Maquette du timbre (38). Cartes imprimées en photogravure par Crété, à Paris.

3939

– Recto de la carte à 55 c (39).

4040

– Recto de la carte à 1 F (40).

 

Paru dans Le Monde des Philatélistes n° 448 – Janvier 1991

Cheffer superstar (III)
1 vote, 5.00 avg. rating (94% score)

Laisser un commentaire