Slide-VA

il y a 4 semaines

Blocs princiers de Monaco : une collection de haute lignée France, Monaco, Andorre

Une

Ouv01Qui dit tirages spéciaux, dit rarement utilisation sur lettre. Qui a pensé, lors de l’émission
de ce « Bloc des princes », à affranchir du courrier avec les rares exemplaires non dentelés ?
Très peu de collectionneurs sans doute.

 

 

Ouv02

Oblitération spéciale sur bloc non dentelé de l’exposition du cinquantenaire de l’Office
des timbres monégasques. Le cachet fut utilisé pendant cinq jours (13-17novembre 1987)
avec une date différente chaque jour

.

 

 

 

La dernière pièce de la collection. Emission le 9 mai et non-dentelé uniquement.

Le 9 mai, Monaco consacre un bloc-anniversaire aux quarante ans de règne de Rainier III. Un bloc signé Slania, l’orfèvre en taille-douce dont le nom est associé à la plupart des timbres de prestige de la principauté.
Cette émission princière s’inscrit dans une tradition vieille d’un demi-siècle. C’est en 1938 qu’apparaissait le premier bloc de ce type, commémorant le quinzième anniversaire de l’avènement de Louis II.
Dans l’intervalle : toute une collection de haute lignée, avec ses raretés, ses non émis, ses tirages spéciaux, ses non dentelés de diffusion confidentielle.
Certaines de ces émissions ont parfois fait grincer les dents de collectionneurs non « servis » pour cause de mise en vente limitée. Raison de plus, diront les pragmatiques, pour s’intéresser à ces pièces de prestige, dont les cotes se maintiennent à un niveau élevé dans les catalogues, en raison d’une demande régulière. Phénomène à signaler pour les premiers de ces blocs : les exemplaires sans charnière sont difficiles à se procurer, et méritent largement la très forte plus-value attribuée dans les cotations, plus-value qui augmente plus vite que la cote elle-même !

1938

01

 

 

 

 

 

Quinzième anniversaire de l’avènement de louis II. Tirage : 55 000.
Deux tirages : papier blanc épais, gomme lisse ; papier gris mince, gomme striée.

 

 

 

1947

02

 

 

 

Vingt-cinq ans de règne de Louis Il.
82000 exemplaires, auxquels s’ajoute un rare tirage
sur papier bleuté (1000 ex.) réalisé par le Service princier.

 

 

 

 

1949

03

Rainier III et sa mère la princesse Charlotte sur un feuillet Croix-Rouge. Originalité :
les timbres n’ont été émis que sous cette forme. Résultat: de nombreuses feuilles ont été débitées
en blocs de quatre ou à l’unité et vendues ainsi à la Poste. La présentation dans les pages « timbres »
des albums a fait aussi « casser » beaucoup d’exemplaires. Vendus: 27 000 feuillets dentelés, 22750 non dentelés.

 

 

 

1951

04

 

 

Ce sont les feuillets précédents dont le reliquat du tirage a été surchargé sans surtaxe. Vendus : 17 500 feuillets dentelés et 21500 non dentelés. Malgré ces chiffres moindres (et malgré une plus grande difficulté à les trouver sur le marché), ces feuillets surchargés cotent moins que les non surcharges.

 

 

 

1956

05

 

 

Mariage de Rainier III avec la princesse Grace. On classe ces blocs parmi les non émis ou les épreuves de luxe.
Toujours est-il qu’ils n’ont pas été vendus à la Poste : ils étaient réservés aux autorités monégasques
(seuls les timbres en feuilles étant mis en vente). « Tirage des plus réduits »,
disent les ouvrages spécialisés sans indiquer de chiffres.

 

 

 

1974

06

Vingt-cinq ans de règne de Rainier III.
Le bloc émis ces jours-ci est à un type similaire.
Le portrait du Prince en 1974 était déjà signé Slania.

 

 

 

 

1979

07

 

 

Premier bloc consacré au prince héréditaire Albert,
émis pour ses vingt-et-un ans.
En rouge : sa date de naissance.

 

 

 

1983

08

 

 

Hommage à la princesse Grace,
décédée dans un accident de voiture.
Le timbre n’est émis qu’en feuillet (dentelé).

 

 

 

 

1985

09
Le fameux « Bloc des princes » émis pour le centenaire du premier timbre monégasque,
lors d’une exposition philatélique. C’est un timbre sur bloc, où l’on retrouve les effigies
des quatre princes ayant régné sur la principauté depuis qu’elle émet des timbres :
Charles III (prince souverain de1856 à 1889), Albert ler (1889·1922), Louis II (1922-1949) et Rainier III.
La notoriété du bloc est due en partie à un tirage non dentelé de 10000 exemplaires,
qui comptent aujourd’hui parmi les valeurs sûres de la collection monégasque.)

 

1987

10

Après le centenaire du timbre, le cinquantenaire de l’Office d’émission monégasque.
Encadrant la vue du bâtiment : les effigies de Rainier III et Louis II (sous le règne duquel l’Office a été créé).
Comme le précédent, ce bloc a été émis dans le cadre d’une exposition philatélique,
lui aussi en dentelé et non dentelé (tirages 200 000 et 100000 exemplaires).

 

 

La notoriété du Bloc des princes provoqua une ruée sur les non dentelés, distribués à raison d’un exemplaire par visiteur de l’exposition. Les prix à la revente ont dépassé les 400F. Les blocs dentelés ne sont pas pour autant à négliger : leur marché est soutenu, car les timbres du bloc sont placés à l’unité dans les pages d’albums, ce qui entretient les ventes.

Paru dans Timbroscopie n° 58 – Mai 1989

Blocs princiers de Monaco : une collection de haute lignée
3 votes, 5.00 avg. rating (97% score)

Laisser un commentaire