Quelques marques de l’action psychologique pendant la guerre d’Algérie Algérie, Expression française, France, Monaco, Andorre, Guerres

03

Au sortir de la guerre d’Indochine, la France n’a pas le temps de se réveiller puisque le 1er novembre 1954, plus de soixante dix attentats éclatent sur le territoire algérien. C’est ce que l’on appellera la « Toussaint Rouge » qui marquera le début de la rébellion. C’est plus la surprise qui marqua les esprits que les résultats de ces attentats, car mis à part la région des Aurès, les dégâts furent matériels et assez modestes. Cependant les autorités françaises, tout autant que l’armée, prirent rapidement conscience qu’il fallait s’adapter à ce conflit, et notamment contrer le déploiement de l’A.L.N. (Armée de Libération Nationale) émanation armée du F.L.N. (Front National de Libération), c’est ainsi que furent imaginées les « sections administratives spécialisées » ou S.A.S.

La création des Sections Administratives Spécialisées

Les S.A.S. furent crées par Jacques Soustelle, alors gouverneur général français en Algérie (du 25/01/1955 au 02/02/1956). Bien que gaulliste, c’est Pierre Mendès-France qui le nomme gouverneur, car Jacques Soustelle est un homme énergique, libéral et convaincu du juste combat pour l’Algérie française, et la IV ème République permet bien des choses.

Le 26 septembre 1955 fut donc créé un Service des Affaires Algériennes destiné à mettre rapidement en place une armature administrative solide constituée d’officiers spécialisés dans l’administration des populations. Ce Service des Affaires Algériennes supervisera l’implantation des S.A.S. qui seront dirigées par des officiers, dont un grand nombre est issu du 5ème bureau (service du renseignement militaire), ayant suivi des formations spécialisées dans la propagande, la psychologie, les affaires algériennes et qui maîtrisent parfaitement l’arabe et le berbère.

 Lire la suite en pdf 138Algérie

Quelques marques de l’action psychologique pendant la guerre d’Algérie
3 votes, 4.00 avg. rating (82% score)

Laisser un commentaire